Solidarité PloemeuRoumaniE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 9 octobre 2017

ACTION HUMANITAIRE DU 18 SEPTEMBRE AU 04 OCTOBRE 2017. (5 671 KM)

Le 18 septembre au matin un nouveau départ, il me semble que je l'ai déjà décrit maintes fois. Cette route qui défile pour nous conduire vers l'Allemagne, sans aucun problème.

Le 19 même description, sauf que l'Autriche nous réserve encore une fois une désagréable surprise .... habituelle. Nous roulons sous une pluie torrentielle, qui rend l'autoroute dangereuse, d'autant que la visibilité est fortement réduite. Alors prudence!! Le soir nous nous arrêtons en Hongrie pour passer une nuit avec un sommeil réparateur.

Le 20 enfin, nous abordons la dernière étape, la traversée de la Hongrie puis l’abandon de l'autoroute, près de Matezsalka, qui nous plonge dans notre quotidien de circulation où il faut être extrêmement attentif. Petites routes défoncées, chariots tirés par des animaux, engins agricoles et tracteurs d'un autre monde, nombreux villages traversés et qui comportent des virages fort dangereux, surtout en Roumanie...! La frontière est très rapidement franchie et nous y voilà enfin dans notre pays. Redoublement de vigilance. Encore 80 km et nous serons arrivés. Sur la route, je me rends compte que les toits des maisons sont recouverts par des bâches. Ceci m'interpelle car inhabituel. Est-ce une nouveauté, ou s'est-il passé quelque chose ? Après avoir traversé Baia Sprie nous prenons la direction de Suior, notre hébergement. Sur cette route sinueuse de montagne, je constate que des troncs d'arbres sont tombés à proximité de la chaussée et qui ont été tronçonnés....

que la forêt présente de très nombreux sapins et autres espèces qui sont décapités. Il n'y a plus de doute permis quant à un phénomène climatique violent.

Vers 18h30 nous garons notre fourgon sur le parking du lieu de notre hébergement. Nous sommes satisfaits de ce voyage aller. Nous attendons maintenant nos "hébergeurs". Personne ne se manifeste auprès de nous. Le matin j'ai envoyé à notre correspondant un message le prévenant de notre arrivée. Nous prenons patience et au bout d'une demi-heure je me décide à téléphoner pour connaitre les raisons de cette absence et mon interlocuteur me demande " Où je suis " ? premier étonnement de ma part. Je réponds que nous l'attendons et il me fait savoir qu'un déplacement en Italie l'a éloigné de nous. Stupeur de ma part et surtout et ça commence bien : colère et déception. Inimaginable ce genre de désinvolture à notre égard et personne ne nous prévient. C'est ainsi ..! Bon bref nous allons dîner demain est un autre jour ....! A table nous sommes rejoints par Levante de la mairie de Baia Sprie. Au cours du repas il nous apprend qu'une tempête, vents très violents accompagnés de pluie extrêmement forte , venue du sud de la Roumanie, s'est abattue le dimanche 17 septembre sur le Maramures et a tout emporté sur son passage. Mes craintes climatiques étaient donc bien fondées, hélas ! Beaucoup de dégâts dans les forêts, mais aussi et c'est bien plus grave, sur les toits des maisons. Il y a des sans logis désormais. Je comprends que le "système D" a dû être mis en place, car il faut protéger, avec des bâches les intérieurs des habitations. Je crains que les assurances soient carrément absentes pour des remboursements quelconques. Pour ce qui est des couvreurs, sérieux, ils seront soit submergés de travail, soit absents car trop peu ...!!! En revanche les néo-couvreurs seront pléthores et à des tarifs exorbitants.

Le 21, nous nous dirigeons vers la mairie de SISESTI afin de procéder à la première distribution des dons. Encore une autre très désagréable surprise nous attend. Notre correspondant, Gavril COSTIN, n'est pas là non plus, appelé ailleurs pour raisons professionnelles, vraisemblablement de la plus haute importance !. Personne ne nous attend. Aucune consigne n'a été laissée pour nous recevoir. Nous allons dans le bureau du maire, présent lui, puis nous déchargeons le fourgon. L'édile du coin téléphone à maintes reprises à Gavril, qui ne répond pas. Alors nous décidons de procéder nous-même à la distribution du matériel pour les diabétiques et des couches pour adultes ce tant bien que mal . C'EST FOU COMME PARFOIS JE ME SENS SEUL ....!




Tout le monde se sert et de toute façon je n'ai aucun moyen de contrôle. Les bénéficiaires semblent satisfaits, mais c'est quand même l'anarchie. La préposée du service social a bien une liste à sa disposition mais semble ne pas bien s'en servir tant son implication est plus qu'aléatoire et ce de tout temps ... ! Nous sommes très indifférents à ce que nous constatons, mais de toute façon avec cette mairie c'est toujours le foutoir...!

Nous faisons un tour dans le village pour constater les dégâts :

Ici un toit entier a été soufflé à Surdesti,

Un autre exemple :

Là les fils électriques trainent presque par terre sur la route de Cetatele ...

Le 22 direction Copalnic Manastur, un autre désagrément nous attend. LE MAIRE NI PERSONNE NE NOUS ATTEND, j'ai pourtant envoyé un message en précisant à tous les jours et heures de distributions et malgré cela toujours le néant. La mairie est cependant ouverte, je m'adresse à une employée qui me semble elle aussi et pourquoi pas se foutre de tout ça comme de sa première chemise. La rétention d'information est "monnaie" courante. Elle me précise que le maire est à Baia Mare, que le vice-maire est absent alors elle téléphone au professeur de Français Ion BOTA, qui arrive à pied un peu plus tard. Nous nous installons dans le bureau du maire, qui nous rejoint une heure plus tard. Nous retournons au fourgon pour leur offrir leurs dons. J'ai aussi demandé la présence du médecin afin de lui affecter, car c'est de sa compétence les produits pour les diabétiques. Je ne souhaite pas que tout ça se disperse dans la nature. Hé bien ! il n'est pas présent non plus. Le maire veut donner les cartons au service social. Je lui réponds qu'il n'en est pas du tout question et que si je dois les laisser ce sera dans son bureau et sous sa seule responsabilité. Que tout cela est pénible .....

Les 23 et 24 servent à récupérer, d’autant plus que la nuit du samedi nous a gratifié d'un mariage avec une musique de cinglés jusqu'à 05h30 du matin.

Le 25 nous prenons la route tortueuse qui va nous mener à Grossi Tiblesului. C'est toujours une épreuve pour les amortisseurs du fourgon. Nous y arrivons vers 13h00. Nous sommes accueillis à la mairie par les secrétaires car.......LE MAIRE N'EST PAS LA ....! Ah bon ? Celui-ci nous rejoint dans son bureau après une demi heure d'attente. Nous nous rendons au nouveau dispensaire et nous déchargeons le fourgon dans la joie. Les couches pour adultes sont livrées, mais et c'est une première nous laissons au médecin tout le nécessaire (bandelettes, auto piqueurs et appareils de mesure de la glycémie) pour les diabétiques, à charge pour elle de gérer cette donation équitablement. Nous donnons également deux sacs de 40 kg de vêtements neufs pour adultes et enfants.

Cette localité, difficile d'accès est assez isolée dans la montagne. La route (unique) qui nous y mène est très défoncée par endroit(s). La population doit se déplacer à plus de deux heures de trajet (Baia Mare) lorsqu'il y a un problème de santé. Aussi j'apprends avec plaisir et aussi fierté que l'hôpital de Baia Sprie a proposé que se mette en action un système de contrôles sanitaires sur place et que pour ce faire ce sera une équipe soignante qui fera le voyage alors et en accord avec la doctoresse de Grosii Tiblesului. Cette collaboration doit se mettre en place début novembre 2017. La structure d'accueil est déjà construite. Elle servira d'hôpital de jour. C'est une très belle et généreuse initiative de la part de la direction de mes amis de Baia Sprie que d'avoir proposé cette merveilleuse idée. Acceptée par tout le monde et de moi-même en tête.

Je pense qu'il faudra que j'apporte deux ordinateurs complets, ainsi qu'une imprimante afin que les résultats des différentes analyses soient transmis rapidement. Si je pense à cela maintenant c'est que j'ai été contacté par une nouvelle équipe d'étudiants des Télécoms Sud Paris qui souhaiteraient réaliser un objectif humanitaire obligatoire pour leur cursus universitaire. J'ai déjà eu un premier rendez-vous physique avec le "chef" d'équipe , très enthousiaste quant à s'engager dans le caritatif.

Le 26 c'est la grande journée, car elle concerne notre hôpital de Baia Sprie. Nous avons de la main d’œuvre car les différents appareils (lourds) vont être descendus du fourgon. Un état des lieux est rapidement effectué, avant le déchargement :

D'abord un échographe "Phillips"

Le microscope "Zeiss" sur pied, qui peut servir en O.R.L., en Ophtalmologie et être utilisé pour la microchirurgie et qui pèse au minimum 150 kg ..!

et enfin l'autre échographe gynécologique "Medison Gaia MT qui complètera le don :

Les pots de peinture ont été sortis ainsi que les cartons de consommables divers et hygiéniques (anti bactériens, désinfectants divers etc) et opératoires (blouses, masques, charlottes, sur-chaussures etc). Nous immortalisons ce moment.

Nous avons voulu aussi connaître les impressions de patients. Ils sont unanimes et heureux de pouvoir être soignés sur place, rapidement dans des conditions d'accueil et d'hygiène irréprochables .



Quant au médecin, Madame Lilianas MAGDAS, (assise devant Madame Maria POP manager de l'hôpital et Monsieur Tiberius Vice-maire de Baia Sprie) elle rapporte que désormais le travail se fait dans de bonnes conditions. Tout le monde se dit fier de "son" nouvel hôpital qui montre l'importance vitale de cette structure pour cette région du Maramures.

Nous nous rendons ensuite à la "Maison des personnes âgées" de cette même ville. Là le spectacle est saisissant tant il me ramène 25 ans en arrière. Les locaux sont assez vétustes, mais pas sales. Une porte de chambre s'ouvre sur 8 corps allongées dans des lits et qui ne peuvent plus bouger. Je vois que les matelas anti escarre vont être nécessaires. Nous allons, du reste en fournir d'autres et ce d'une façon plus qu'urgente.

Nous laissons aussi des produits d'hygiène, des gants de nettoyage et promettons un futur "cadeau" lors de notre prochain voyage en 2018 . Le personnel, très dévoué est très satisfait de cette promesse.

Le 27 nous rendons visite à domicile , à Magureni aux personnes ayant des ulcères et comme d'habitude nous laissons tout le matériel nécessaire.

Le 28 nous irons à Coas effectuer la même démarche. Nous sommes toujours accueillis avec beaucoup de gentillesse et des sourires par des personnes qui sont très isolées.

Le 29 nous visitons deux usines à Baia Sprie, une qui fabrique du pain et l'autre du chocolat, étonnant...!

Le 30 Repos eh oui !! ça arrive, sauf que le soir il y a un mariage ..... musique à fond la sono jusqu'à ...06h30 du matin

Le 1er octobre Repos complet après la nuit très bruyante que nous avons subie. Nous préparons notre voyage du retour et faisons les valises.

Le 02 nous prenons la route. Arrêt "minute" à la frontière. Nous franchissons la Hongrie rapidement en direction de l'Autriche. Pays où nous ferons halte pour la nuit , comme d'habitude à proximité du Danube.

Les 03 et 04 serviront à accomplir le reste de la route vers l'ouest. Nous arrivons à Fort Bloqué vers 23h00. Tout s'est impeccablement déroulé. MISSION ACCOMPLIE.

CONCLUSION :

Les plus : Bien sûr l’hôpital de Baia Sprie, notre grande fierté, est une parfaite réussite. Nous sommes bien épaulés par la nouvelle équipe dirigeante et notamment la directrice Maria POP, qui se bat pour réussir et entraîne tout le monde dans son sillage. Concernant cette structure, il s’avère qu’elle est dirigée par madame Maria POP (manager hors pair n’ayant qu’une idée : la réussite.)



Je vous rappelle que cette réalisation est unique en Roumanie. Que les chiffres de fréquentation des lieux sont les suivants :



- Avril 2013 (réouverture) à fin décembre 2016 = 37 000 patients.

- 01 janvier 2017 au 31 août 2017 = 39 600 patients.

Soit un total ahurissant de = 76 600 patients pris en charge . ( ce chiffre sera en perpétuelle augmentation.)

Le personnel soignant se décompose de la façon suivante :



- 14 médecins spécialistes (services : allergologie – cardiologie – échographie – endocrinologie – physiothérapie et kinésithérapie – gynécologie - neurologie – ORL – psychiatrie- rhumatologie - ophtalmologie -analyse gynécologie – urologie et laboratoire) - 7 médecin traitants “ dits de famille” - 5 urgentistes ( 24h/24). - infirmières, aides soignant, personnels administratifs d’entretien.



Qui travaillent dans des locaux remis à neuf ( 3 tonnes de peinture pour l’intérieur et l’extérieur) et équipés d’appareils ( 5 échographes notamment) et mobiliers divers fournis par l’association Solidarité PloemeuRoumaniE. 10 déplacements ont été nécessaires pour réussir ce pari complètement irrationnel...!



Je suis très satisfait que mon acharnement caritatif soit relayé d’une façon sérieuse par mes correspondants roumains au bénéfice des Autres.




La mairie de Grosii Tiblesului, dont le maire Nicolae BURZO, se "défonce" aussi pour ses administrés. Le fait d'une relation médicale avec Baia Sprie ne peut que nous satisfaire. D'autant plus qu'il existe une maison de santé pour accueillir le personnel médical et les patients.

Le neutre : La mairie de Copalnic Manastur, sans commentaire ...!

Le moins : La mairie de Sisesti, comme d'habitude. En ce qui la concerne j'ai un sentiment de grande désillusion. Les responsables ne sont pas là. Plus intéressés parce que il n'y a plus rien à retirer personnellement. Nous sommes dans la normalité de celui qui dit " j'ai le droit de ou à.." en oubliant que nous sommes des humanitaires et que le droit n'existe pas par rapport aux devoirs d'élus ou d'un gouvernement. Bref notre lassitude est bien là, perceptible avec les conséquences que cela pourra engendrer ....! LE VIDE .

PROCHAINES ACTIONS : 2018. ( mois à préciser )

jeudi 11 mai 2017

ACTION HUMANITAIRE DU 12 AVRIL AU 03 MAI 2017

Mercredi 12 avril 2017 -07 h 30 - est un grand JOUR, un moment particulier, car je repars en Roumanie, avec l'accord de la faculté de médecine. Cette préparation (chargement de fourgon, recherches de matériels divers) du départ a été très différente des autres préparations des déplacements parce que cela signifie aussi ma VICTOIRE (toute raison gardée) contre la maladie et ma volonté de tout détruire a été la plus forte, ce qui nous permet à Lysiane et moi de (re)prendre la route de l'Est. Le fourgon chargé se comporte très bien et il avale les kilomètres d'asphalte allègrement ! Vers 12 h 30, nous nous arrêtons à Corbeil-Essonnes sur le parking d'un super marché. En effet nous avons rendez-vous avec une partie de l'équipe des étudiants de Télécom Sud Paris. Ils sont déjà présents et nous faisons connaissance, puis rangeons avec beaucoup de précaution le fruit de leurs recherches, qui est du matériel neuf destiné au laboratoire de l'hôpital de Baia Sprie.

  

Une fois cette opération réalisée nous rejoignons " La Francilienne" direction l'Allemagne. Nous arrivons vers 18 h30 à Ludwigshafen. Nous sommes là aussi très gentiment accueillis à la caserne des pompiers, nous y passerons aussi la nuit. Notre hôte, nous invite à le suivre et garer notre véhicule devant un garage qui renferme les 20 cartons de vêtements de protection individuelle de sécurité. Lorsque j'ouvre les portes arrière du fourgon déjà bien plein, les soldats du feu disent , avec certitude que tout ne rentrera pas....! C'est bien mal me connaître !! Nous arrivons à loger à peu près 10 cartons, soit la moitié. Et puis le seul pompier encore présent, qui a résisté à l'effort propose de ne prendre que les tenues et abandonner les cartons. Je suis d'accord avec lui et nous commençons la manœuvre. Le moindre espace est alors bouché. Je vois un balai appuyer sur le mur. Je demande à ce que l'on me le confie. Étonnement de mon aide. Ce qu'il ne sait pas c'est que j'ai chargé entre les cartons et le toit du fourgon un matelas anti escarre et donc il existe un espace libre. Je mets les vêtements sur le matelas et avec le manche du balai, façon boulanger enfournant du pain, je pousse les paquets jusqu'au dernier. Voilà le tout a pris sa place et le pari est gagné ....!

  

Jeudi 13 avril 2017 nous reprenons notre itinéraire, avec un arrêt en Autriche. En effet nous avons sagement décidé de ne rien précipiter et de prendre notre temps pour arriver à notre destination finale.

Vendredi 14 avril ce sera un arrêt en Hongrie, après Budapest, dans la ville de Gödöllö, connue pour abriter le château de l'impératrice Sissi, tant aimée de ce peuple.

Samedi 15 avril le dernier tronçon de notre itinéraire, qui n'est pas le plus compliqué, du moins jusqu'à Mateszalka, car ce n'est que de l’autoroute et la circulation est presque nulle. Lysiane a décidé de conduire et allègrement prend le volant et en avant toute ... A la fin de cette portion j'assure à nouveau la conduite, parce que nous reprenons une petite route, dangereuse et encombrée qui nous guidera jusqu'à la frontière roumaine (Petea) . Cette dernière est atteinte et franchie en 7 minutes. Ce n'est pas un record mais c'est très acceptable. Nous voilà dans Notre Roumanie. Nous sommes assez émus, d'y être à nouveau et pourtant c'est la réalité. NOUS Y SOMMES!! La joie de découvrir les cigognes, debouts dans leurs nids. Perchées sur les hauts des lampadaires. Elles semblent nous souhaiter la bienvenue. Même le trafic de roulottes nous parait agréable, joyeux. Tout est différent ..! La fin du trajet est enfin là. Nous sommes attendus par notre ami Dorin PASCA à Suior, qui est devenu notre lieu d'hébergement. Notre présence à Surdesti appartient désormais au passé.

Dimanche 16 avril: Pâques, nous voulons voir et participer à cette fête dans l'église en bois de Surdesti (lieu de notre mariage en 2002). Nous ratons cette cérémonie traditionnelle car l'heure de celle-ci a été avancée exceptionnellement. Sur la route nous rencontrons Gobi et Vali. Il a décidé tout seul que nous devions les accompagner chez eux à Amethyst Pensiunea pour une collation. Nous déclinons cette invitation, car nous sommes attendus déjà ailleurs pour un repas pascal.

Lundi 17 avril Udatoriu, la grande fête champêtre et bucolique, avec chansons, danses et musiques paysannes de Surdesti. Ce moment est très festif et une ambiance bon enfant y est obligatoire. Je m'aperçois du regard des personnes qui discrètement me dévisagent. Oui mon aspect extérieur a changé (plus de cheveux longs). Je sens bien là des interrogations à mon égard. Personne n'ose vraiment venir vers moi. Par le fait de ne pas savoir quoi dire, quoi faire. Les rares personnes proches, s'y risquant abordent une attitude maladroite, prudente surtout ne pas lui faire mal, pensent-elles. Je les rassure avec des mots positifs. Je précise que tout va bien mieux. Les larmes ne sont pas absentes de ces moments de reprise de contact.

Mardi 18 avril Nous allons pouvoir commencer les distributions, ce n'est pas trop tôt. C'est période de fêtes religieuses où tous les activités sont inexistantes expliquent pourquoi nous prenons notre temps pour le voyage. C'est donc la mairie de Sisesti qui inaugure les dons. Nous équipons les pompiers volontaires de vêtements, qui sont très appréciés.

  

puis c'est le tour des couches pour adultes, des fauteuils roulants, des chaises percées et des matelas anti escarre qui disparaissent de notre véhicule...

   

pour terminer avec les diabétiques. Lorsque je rentre dans la salle un silence glacial m'enveloppe. Personne ne dit plus rien. Je m'avance et je vois des femmes qui tentent de se lever, mais le geste parait impossible, trop de pudeur, d'appréhension, alors je les invite à venir vers moi. Ce qu'elles font aussitôt en me prenant dans leurs bras et en m'embrassant. C'est une scène très touchante qui prouve l'importance de ma présence depuis plus de 15 ans de soin pour certains (es) malades. Les larmes là aussi ne sont pas loin.

  

nous offrons la prothèse mammaire et le soutien gorge à une femme qui a subi l'ablation d'un sein suite à un cancer. Elle est bien sûr ravie et surprise de ce "cadeau", car j'avais gardé le silence. L'année dernière je n'avais pas su l'écouter, alors je devais absolument accéder à sa demande d'aide particulière, mais aussi exceptionnelle et rare.

  

Mercredi 19 avril direction Gosii Tiblesului, là aussi les soldats du feu reçoivent leurs tenues de sécurité après les avoir essayées (comme cela se fera, à ma demande dans toutes les mairies). Puis c'est le déchargement des couches, des matériels orthopédiques.

  

Après nous partons vers Magureni pour y laisser des pansements et autres gaze, bandes et produits absorbants pour les ulcéreux.

Jeudi 20 avril C'est Copalnic Manastur qui nous accueille. Les pompiers volontaires adoptent parfaitement leurs nouveaux vêtements de sécurité. Le mobilier pour le cabinet de stomatologie est descendu du fourgon pour être livré au dispensaire. Je suis étonné du peu de besoins de cette municipalité, mais comme j'ai envoyé plusieurs messages de relance, je ne m'interroge pas plus que çà.

  

La surprise du jour c'est la neige qui nous rend hommage...

  
  

Vendredi 21 avril Baia Sprie je fais la connaissance de la nouvelle direction de l'hôpital, mise en place depuis novembre 2016.

  

C'est à la mairie en présence des autorités locales que se déroulent une petite cérémonie officielle en mon honneur .

  

Ensuite nous partons vers l'hôpital.

  

Nous procédons à l'habillage des derniers pompiers volontaires : EN TOUT CE SONT 60 BÉNÉVOLES QUI SONT DÉSORMAIS EFFICACEMENT PROTÉGÉS CONTRE LE FEU.

  

Les portes arrières du fourgon grandes ouvertes voient les différents cartons prendre la direction de l'entrée de l'établissement de soin. Je recommande la plus grande des prudences concernant la manipulation des cartons qui renferment le matériel et consommables destinés au laboratoire. Les différents appareils (E.C.G., pousse seringue, stéthoscopes, appareils auditifs et toutes les prothèses orthopédiques) sont pris en charge, ainsi que les 500 kg de peinture. La directrice nous fait ensuite visiter les lieux. Les avancées sont assez remarquables. Elle souhaite faire exécuter les travaux plus rapidement. Dehors des peintres s'activent sur la façade.

  
  

Samedi 22 avril nous avons un entretien , à Copalnic Manastur avec le professeur de Français Ioan BOTA. Je lui confie mon étonnement du peu matériels souhaités par la mairie. Il me fait savoir qu'il a rédigé avec l'aide du médecin une liste qui a été confiée à la secrétaire du maire et dont j'étais le destinataire. Je suis interloqué par cette réponse car je n'ai absolument rien reçu comme mail. Pour que cette situation soit éclaircie et qu'elle ne laisse pas de place à interprétation, je demande à Ioan de bien vouloir téléphoner au maire pour avoir des explications nettes. Je ne voudrais pas qu'un vent mauvais de rumeurs perfides annonces que c'est Loïc THETIO qui ne veut plus donner. Quelques temps après nous avons la réponse à cette énigme. La liste a bien été confiée à la secrétaire de la mairie. Elle a bien rédigé cette demande mais ne me l'a pas envoyée. Le message a été retrouvé dans son ordinateur. Nous évitons des histoires inutiles et la situation est parfaitement claire.

Dimanche 23 nous sommes pris en charge par les élus de Baia Sprie et nous participons à pas moins de 10 manifestations en tant qu'invités. Journée épuisante.

Lundi 24 avril à 12h00 nous sommes attendus à l'hôpital de Baia Sprie avec l'équipe de direction afin de donner des interviews aux médias locaux. La directrice précise que sans l'aide de notre association rien n'aurait pu être entrepris ni réalisés du côté roumain tant les efforts étaient importants et l'endroit ne serait que ruine.

  
  
  

Elle donne ensuite les chiffres de fréquentation de l'hôpital au 31 décembre 2016:

37 000 patients ont reçu des soins.-12 spécialistes.- 7 généralistes. - 2 dentistes. - 1 laboratoire. - 12 services fonctionnent. (gynécologie-obstétrique, gastro-entérologie, médecine générale, ophtalmologie, chirurgie entre autres)- les services de cardiologie et l'urologie sont exploités depuis le début de l'année 2015. - 5 médecins assurent les gardes 24h/24. sans oublier les personnels administratifs et techniques embauchés. Nous faisons entièrement confiance à cette manager qui incontestablement veut aller de l'avant mais pas sans nous. Nous l'a rassurons à ce sujet que notre tache n'est, ici pas complètement terminée !

Mardi 25 avril nous nous trouvons une nouvelle fois à Copalnic Manastur où nous laissons des paquets de couches pour adultes et des bandelettes, ainsi que des lecteurs de mesures de la glycémie destinés aux diabétiques. J'ai pris pour habitude de toujours conserver, dans le fourgon en réserve quelques produits en prévision de mauvaises surprises. Une fois de plus, hélas je n'ai pas eu tort !!

Mercredi 26 avril nous nous accordons une journée découverte du Maramures, bien méritée .

  

Jeudi 27 avril de retour à Grosii Tiblesului nous laissons un reliquat de couches pour adultes. Des ulcéreux de Coas recevront aussi des pansements.

Vendredi 28 avril réunion à la mairie de Sisesti pour évoquer la prochaine action. Les besoins me semblent toujours aussi importants.

Samedi 29 avril nous préparons notre retour et faisons quelques emplettes à Baia Mare, la ville préfecture de la région du Maramures.

Dimanche 30 avril nous quittons notre logement de Suior. Arrivés à la frontière roumano-hongroise, nous attendons, étonnamment 30 longues minutes. La raison ne nous sera jamais donnée. On nous demande d'ouvrir l'arrière du fourgon pour vérification. RAS, Voilà un endroit qui ne fonctionne vraiment pas ou très mal et depuis toujours ...! Nous franchissons la Hongrie et surtout Budapest facilement. Il n'y a pas de circulation et le soir nous nous arrêtons en Autriche.

Lundi 1er mai Direction l'Allemagne et en Bavière nous subissons un contrôle douanier. Rien à signaler alors nous circulons. Nous conduisons sous une importante averse de neige, qui nous accompagnera une bonne partie de notre trajet. Quel plaisir !

Mardi 2 et mercredi 3 verront la traversée de la France et nous arrêtons notre fidèle "Sprinter" au Fort Bloqué vers 17 h 30.

A NOTER : A LA FRONTIÈRE IL Y AVAIT BEAUCOUP DE POLICIERS, GENDARMES et DOUANIERS ET PAS UN SEUL NOUS A DEMANDE QUOI QUE CE SOIT.

CONCLUSION : Le 1er voyage après les dures épreuves de santé de 2016, nous a fait beaucoup de bien et il était nécessaire, surtout que ma santé est bonne.

Les plus : l'hôpital de Baia Sprie. L'implication de la nouvelle direction. Les équipements fournis toujours et plus performants.

Les moins : toujours être vigilant sur les demandes et contrôler l'efficacité des maires, demandeurs mais aussi absents dans la dernière vérification, ce qui ne devrait pas être le rôle de notre association. La direction du laboratoire HARTMANN ne souhaite plus offrir des couches aux associations. A SUIVRE.

PROCHAIN DEPART : SEPTEMBRE 2017

dimanche 12 mars 2017

REUNION A LUDWIGSHAFEN AM RHEIN (27.02.2017)

Nous avons notre réunion, annuelle avec le commandement des pompiers de Ludwigshafen qui connait et aide S.P.R.E. depuis plusieurs années.

En effet, courant décembre 2016 le colonel F. BOHM, nous a fait savoir que des tenues de protection individuelle devaient être changées et que de ce fait elles étaient disponibles. Leur propriété de protection des sauveteurs est encore intacte, mais et c'est ainsi dans toutes les compagnies des soldats du feu, en France comme en Allemagne ou ailleurs, une certaine date de ne doit pas être dépassée. Peu importe l'utilisation des ces vêtements et surtout en fin d'année il est obligatoire d'utiliser tous les budgets.

Sur place, avec Udo nous avons fait un inventaire exhaustif du don en très bon état. Puis nous avons photographié les vestes et les pantalons. Celles-ci avec un courrier explicatif ont été adressées à 3 mairies (dotées d'engins de lutte contre les incendies) en Roumanie. Il faut que je précise que dans tous les cas je ne prends jamais la décision unilatérale d'une donation.

Les réponses ne se sont pas faites attendre. Elles sont toutes positives. Il est évident que par rapport à ce que les pompiers volontaires roumains portent actuellement le contraire d'une acceptation aurait été étonnante et incompréhensive.

En avril prochain (nouveau voyage humanitaire), nous nous arrêterons dans cette caserne rhénane pour charger tous les cartons d'habits et les acheminer vers leurs futurs propriétaires qui sont très heureux de ce cadeau..! Une soixantaine de soldats du feu en seront pourvus.

lundi 31 octobre 2016

SEPTEMBRE 2016. GRAVE MALADIE

Depuis 25 ans et la pour la première fois, je n'ai pu effectuer cette mission caritative.

En effet une méchante et sournoise maladie assassine m'a cloué sur place en France. J'ai dû me faire soigner. Subir des chimiothérapies, lourdes, fatigantes. Mais je sais que je vais vaincre «la sale bête» et que déjà dans ma tête j'ai programmé un déplacement «chez moi» pour avril 2017, à Pâques.

Je n'ai pas voulu que les malades de mes villages subissent ma désaffection contrainte et sans appel, alors au mois d'août 2016 j'ai envoyé les cartons de matériels, par la poste pour les diabétiques près de 20.000 bandelettes, ainsi leur traitement n'est-il pas interrompu. C'était très important que la chaîne ne se casse pas à la moindre faiblesse. Les médicaments sont arrivés très correctement. Les distributions ont été effectuées en octobre.

PROCHAINE ACTION HUMANITAIRE AVRIL 2017.

mercredi 20 avril 2016

ACTION HUMANITAIRE DU 02 AU 17 AVRIL 2016. ( = 5 500 KM )

Les 2, 3 et 4 avril ont servi à effectuer le trajet, en signalant quand même que les frontières ont été franchies sans aucun contrôle à l'aller comme au retour. Que la vignette de l'autoroute pour la Hongrie doit être achetée dans le pays, mais SURTOUT pas dans la dernière station service autrichienne (elle est plus chère). Qu'il faut absolument vérifier les dates de validité. J'ai payé pour une durée de 1 mois et en lisant les dates sur la vignette je me suis aperçu que la préposée avait mentionné seulement 7 jours. C'était sûrement une erreur informatique .... Tu parles ! Enfin arrivés à la frontière hongro-roumaine de Petea l'attente a été d'une demi-heure. Présentation des passeports aux fonctionnaires et 8 secondes après hop dégage. Pas d'ouverture du fourgon pour voir le matériel . Nous regagnons notre "camp de base" situé à Suior (endroit administré par la mairie de Baia Sprie). Cet endroit devrait devenir notre lieu d'hébergement à l'avenir.

5 avril nous distribuons nos premiers appareils d'orthopédie car la demande est pressante, puis nous attendons la délégation des élus ploemeurois qui a répondu favorablement à l'invitation officielle de la mairie de Baia Sprie. Celle-ci arrive vers 17h00 sous un soleil radieux, attendue par le maire de Baia Sprie monsieur Dorin PASCA, son conseiller spécial monsieur LEVANTE. S'ensuivent les présentations : Monsieur Ronan LOAS, maire de Ploemeur, Mesdames Hélène BOLEIS et Pascaline ALNO adjointes au maire.

6 avril les élus locaux bretons visitent l'hôpital de Baia Sprie, en compagnie de leurs homologues roumains.

Ce qu'ils découvrent est tout-à-fait étonnant à leurs yeux. Loin de s'imaginer du travail exceptionnel (selon eux) de l'association solidarité PloemeuRoumaniE. Les couloirs sont bondés de patients. Les phrases dithyrambiques fusent.

Vers 10h00 nous nous dirigeons vers le local du planning familial. J'invite nos édiles à participer à une distribution de vêtements neufs pour bébés et petits enfants de la communauté tzigane, déjà nombreux à nous attendre. Des peluches et des gâteaux secs de "La Trinitaine" sont offerts. Un bouquet de fleurs est donné à madame BOLEIS.

En début d'après-midi se déroule la réception officielle entre les maires et diverses personnalités des deux pays. Des cadeaux sont échangés et des paroles de bienvenues sont chaleureusement dispensées.

Le reste de la journée est consacrée à la visite du monastère de Chiusbaia niché dans la montagne à plus de 1 000 mètres.

7 avril découverte de la campagne et de l'église en bois de Surdesti (classée aux monuments historiques de l' UNESCO ).

Sans oublier l'inévitable et incontournable distillerie de Horinca* de Fauresti, village de naissance du maire de Baia Sprie (*alcool de fruits titrant plus de 50 degrés).

Nous avons rejoint Baia Mare (ville préfecture du Maramures) par la route des cigognes.

Nous avons visité le musée de la minéralogie, puis le vieux centre de la ville (une réussite de rénovation) et le lac Mogosa.

Soirée d'adieu ... !

8 avril la délégation est partie aux aurores, vers la Bretagne et nous sommes bien seuls au petit déjeuner dans cette grande salle de restaurant. Direction Copalnic Manastur car il faut bien penser aux malades. Nous déchargeons les fauteuils roulants, cannes anglaises, chaises percées, couches pour adultes, déambulateurs et le nécessaire pour les diabétiques. Nous avons un entretien avec le médecin . C'est lui qui procédera aux contrôles de glycémie, du moins pour les personnes qui peuvent se déplacer. Les autres diabétiques, trop éloignés, auront le matériel à domicile. Des cartons de pansements divers, de seringues et d'aiguilles, sont laissés au dispensaire.

Nous donnons une interview au journaliste de Graiul Maramuresului. Nous avons une réunion avec le maire au cours de laquelle il me demande de lui trouver un camion de lutte contre les incendies avec une réserve d'eau de 5 000 litres minimum. Je lui précise que je n'ai plus, pour le moment, de contact avec le SDISS du Morbihan, mais je lui suggère de me faire un courrier concernant sa demande pour appuyer ma sollicitation auprès des services compétents.

Le soir nous allons visiter des ulcéreux à Magureni et donner des pansements absorbants, bandes etc...

9 avril : repos. Ben oui, ça peut arriver !

Dimanche 10 avril nous nous rendons à Surdesti, chez Gavril COSTIN, pour récupérer du matériel (compresseur) et faire un inventaire des consommables, surtout pour les diabétiques, qui seront distribués dans la semaine à venir.

11 avril Nous nous arrêtons à Copalnic Manastur pour doter le cabinet de stomatologie d'outillage à main neuf. Ensuite c'est Grosii Tiblesului qui nous accueille. Les mêmes matériels orthopédiques sont offerts, des outils à main de chirurgie, un ballon d'équilibre sont offerts. Des cartons de pansements et de seringues + aiguilles sont offerts au dispensaire.

Nous visitons un centre médical qui est en construction et dans lequel devraient prendre place les matériels de kiné que nous avons apportés l'année dernière. Il doit être opérationnel en septembre de cette année. A découvrir.

12 avril LA surprise, nous sommes invités par le préfet du Maramures qui souhaite me rencontrer au cours d'une cérémonie officielle pour me féliciter de mon quart de siècle dans sa région. Je ne le connais pas, car il a été nommé il y a 15 jours . A l'heure dite (12h00) nous sommes introduits dans son bureau. Sont présents les maires avec lesquels je travaille. Le représentant du gouvernement roumain, tient à saluer la fidélité, les efforts consentis vis-à-vis des nécessiteux, malades, handicapés et autres. Il m'affirme de son plein soutien , me précisant que son administration et lui-même seront présents à mes côtés et que sa porte m'est ouverte. Après ses félicitations et ses vœux pour mes 25 ans de présence, il me remet un diplôme du Mérite (rare distinction accordée à un étranger, mais le suis je encore ?) et plusieurs autres présents, ainsi qu'à ma femme Lysiane.

La presse présente a relaté l'événement dans les journaux locaux.

Avant de nous quitter nous avons procédé à une photographie de groupe pour immortaliser l'instant.

De gauche à droite : Gavril COSTIN, vice-maire de Sisesti, Basile MIHALCA, maire de Copalnic Manastur, Lysiane THETIO, Ioan BOTA, Loïc THETIO, le préfet Sebastian LUPUS et Dorin PASCA, maire de Baia Sprie.

A Baia Sprie, je suis interrogé par la Télévison Roumaine 1, la première chaine nationale pour mon implication caritative. La journaliste qui m'interrogeait et qui parlait français a été très touchée par mon vécu. Elle s'est mise à pleurer. Ne pouvait plus parler non plus. Impossible pour elle de continuer alors elle a disparu du champ de la caméra et j'ai dû finir l'émission tout seul. J'attends de voir le résultat ...!

Après nous nous rendons à SISESTI, pour une distribution de matériel orthopédique comme énoncé plus haut et doter les diabétiques de bandelettes, d’auto-piqueurs, d'appareils de mesure de la glycémie, de matelas anti escarre et couches pour adultes.

A la fin de la distribution une femme est venue me voir. Elle m'a parlé en français. Elle m'a confié qu'elle avait eu un cancer du sein et qu'elle désirait que je lui vienne en aide . Elle cherche une prothèse mammaire n° 7 qui pourrait lui redonner espoir dans la vie et supporter sa maladie. Je dois avouer que cette demande m'a complétement déstabilisé. Je n'ai rien su lui répondre à hauteur de son espoir, de son attente. Je lui ai expliqué, ou tenté d'expliquer que sa demande était difficilement réalisable tant les risques d'aggravation peuvent être envisagés. Que je ne suis pas médecin et que notre association n'intervient que sur des problèmes maîtrisables. J'espère ne pas l'avoir fait souffrir. Parfois je suis désarmé. Le caritatif à ses limites. Ça aussi je l'ai appris. Cette maladie peut aussi toucher de près, voire dans sa propre famille, les humanitaires et être là présents sans pouvoir rien faire. Constater notre impuissance et espérer. Je pense à toi Véronique ...!

13 avril c'est au tour de l'hôpital de Baia Sprie de recevoir "ses cadeaux". Le déchargement des 400 kg de peinture pour l'extérieur, du compresseur (laboratoire) des cartons des pansements, aiguilles et seringues est laissé au bon soin des autochtones. Le maire m'a annoncé qu'il espérait commencer les travaux de peinture prochainement. Il cherche une entreprise. Nous verrons bien en septembre et jugerons de l'évolution des travaux.

Le fourgon est désormais vide et comme par enchantement il a grandi de 20 cm. Avec Dorin PASCA, nous sommes attendus par la télévision régionale TV + pour donner nos impressions concernant l'hôpital et surtout la seconde aile qui nous occupe actuellement. Qui devrait héberger 72 lits. Le laboratoire fonctionne, mais il manque toujours des appareils. J'ai pu me rendre compte que des travaux avaient commencé à différents étages.

LES STATISTIQUES DE FRÉQUENTATION DE L'HÔPITAL DE BAIA SPRIE TOUS SERVICES CONFONDUS INDIQUENT QUE 26321 PATIENTS Y ONT ÉTÉ SOIGNES SUR UNE PÉRIODE DE 3 ANS (AVRIL 2013 / 31 MARS 2016) A SIGNALER QUE LE NOMBRE DE MALADES EST EN CONSTANTE AUGMENTATION D'UNE ANNEE SUR L'AUTRE. NOTRE TRAVAIL N'EST DONC PAS INUTILE !

14 avril je considère que cette 75 ème action a été menée avec succès à son terme. Nous nous permettons alors une petite respiration touristique avant de reprendre la route du retour.

15 avril nous quittons par la grande porte le Maramures.

Arrêt de quarante cinq minutes à la Frontière de PETEA. Décidément ce service de douane/police ne fonctionne pas du tout. Les fonctionnaires font n’importe quoi surtout beaucoup de zèle. Lorsque l'un des préposés jaugeant mon passeport me demande :" Parlez-vous français ?. Ça doit être de l'humour sans doute, mais après 3/4 d'heure d'attente gratuite, sans fondement solide administratif, je ne suis pas dans la plaisanterie. Les portes arrières du fourgon ne sont pas ouvertes. donc tout va bien. En route pour la Hongrie. RIEN A SIGNALER ! DOMMAGE ...! Pause le soir en AUTRICHE.

16 et 17 avril nous traversons la moitié du pays de l’impératrice Sissi, mais pas par l'autoroute qui rallonge l’itinéraire de 50 km. Nous longeons le Danube jusqu'à PASSAU.

Nous passons la nuit à Frankenthal et le reste de la route, direction Fort Bloqué s'effectuera aussi sans incident. Je coupe le moteur à 21h00 devant notre domicile dimanche 17 avril 2016 après 5 500 km d'asphalte.

A SIGNALER : Nous avons franchi les frontières de l'Europe d'Est en Ouest sans avoir à subir aucun contrôle. Nous aurions pu passer n'importe qui, n'importe quoi. A MEDITER. !

CONCLUSION :

Je remercie sincèrement le maire monsieur Ronan LOAS, ainsi que ses ajointes mesdames H. BOLEIS et P. ALNO, d'avoir pris le temps d'effectuer ce voyage officiel. La délégation a pu constater l'importance des aides réalisées par S.P.R.E. donnant ainsi à note association une légitimité et une reconnaissance tant de fois en 25 ans bafouées par des " bien pensants généreux, humanistes de tous bords " (ancienne municipalité, associations issues de milieu professionnel ou de confréries).

L'hôpital de Baia Sprie me donne entière satisfaction. Nous avons encore l’équivalent de 800 kg de peinture "extérieur" à livrer, soit 2 voyages. Nous avons également comme projet d'ouvrir et d'équiper un mini centre de rééducation de kiné. Tout le matériel et appareils nous seront cédés en juin 2016 pour livraison en septembre 2016. La rénovation de la seconde aile devrait prendre forme dans les mois à venir. Ce sont les fonds qui manquent le plus.

Nous espérons voir le centre médical de Grosii Tiblesului fonctionner prochainement. En tout cas il est en très bonne voie pour ce faire.

Notre fauteuil roulant électrique donne entière satisfaction à son propriétaire. Il lui permet de faire des choses qui lui étaient interdites depuis des dizaines d'années. Aller au terrain de foot par exemple encourager les joueurs. Ce matériel lui a redonné de l'autonomie et c'est très important.

Nous continuerons nos aides en direction de tous ceux (celles) qui en ont en besoin et ils (elles) sont nombreux (ses).

Le mois de juin , le 5 exactement, verra des élections municipales se dérouler. J'espère que les maires actuels seront reconduits dans leurs fonctions...? Mais je crains que pour une mairie la bagarre et les coups bas soient de sortie. Il ne reste plus qu'à espérer ...!!!

PROCHAINE ACTION HUMANITAIRE : SEPTEMBRE 2016

mercredi 7 octobre 2015

ACTION HUMANITAIRE DU 11 SEPTEMBRE AU 04 OCTOBRE 2015

Départ le 11 septembre, pour un périple de 3 jours, en compagnie de ma femme Lysiane avant de retrouver les paysages du Maramures. Comme d'habitude ce voyage se déroule sans problème jusqu'au 13 septembre car à l'approche de la frontière austro-hongroise, nous croisons des bus escortés par des voitures de police, toute sirène dehors. Nous voyons désormais des hélicoptères qui tournent dans le ciel. Puis à notre gauche, dans un no man's land, surgit un camp de réfugiés derrière des grillages. Des hommes et des femmes , debout dans cette enceinte, face à face avec les services de sécurité. Tout est canalisé. Il y a des tentes partout. Une vision qui nous fait froid dans le dos et qui nous rappelle que la guerre est aux portes de l'Europe et même en Europe. Rien de bien rassurant dans tout cela. Nous continuons notre route à travers la Hongrie, où nous ferons halte le soir.

  

14 septembre nous reprenons notre itinéraire et nous traversons Budapest calme. Je m'attendais à voir un campement de réfugiés à côté de la gare, mais l'endroit est vide et propre. Il n'y a plus rien ! Le passage en Roumanie s'effectue très rapidement et nous arrivons, enfin, à Surdesti en début de soirée.

15 septembre notre priorité absolue est d'offrir le fauteuil roulant électrique, le plus rapidement à ce monsieur fortement handicapé de Fauresti. Arrivés à son domicile, aidé de G. COSTIN, vice-maire de Sisesti, nous déchargeons ce lourd cadeau (130 kg). Heureusement que je possède des rampes pour effectuer cette manœuvre. Le bénéficiaire et sa femme sont très heureux de recevoir ce matériel. Immédiatement un essai est effectué dans le jardin de façon à s'habituer à la manipulation de l'engin. Le "chauffeur" semble maitriser les manettes et il ne nous cache pas son grand plaisir. Nous sommes émus de le voir . Nous prenons congés pour nous rendre dans les villes de Coas et de Magureni pour offrir des pansements et bandes à des personnes atteintes d'ulcères importants.

  

16 septembre nous sommes à la mairie de Sisesti pour une donation de vêtements neufs pour bébés et enfants jusqu'à 4 ans. La précédente distribution du mois d'avril 2015 ayant été ratée, j'avais exprimé auprès des élus le souhait que celle-ci soit organisée différemment. Les habits ont été présentés par âge sur des tables. Nous avions aussi disposé perpendiculairement d'autres tables, vides, pour faire obstacle et ainsi n'avoir qu'une personne à servir à la fois. Le système a bien fonctionné. Toutes les mamans présentes ont été servies et sont reparties satisfaites. Nous aussi d'ailleurs.

  

17 septembre nous étions au même endroit, mais cette fois-ci pour donner, matelas anti escarre, des ballons de handball pour les écoles, des couches aux adultes handicapés, des fauteuils roulants, chaises percées et surtout tout le matériel de contrôle du diabète offert par le laboratoire ROCHE. Il y a toujours autant de monde et les demandes sont toujours aussi fortes. Nous espérons pouvoir continuer ...

  

18 septembre nous avons une réunion avec les élus de Copalnic Manastur pour élaborer la donation de vêtements du lundi 21 et expliquons la manière mise en place et qui semble bien fonctionner. Nous offrons dans cette commune du matériel orthopédique, des appareils de mesure de la glycémie, des bandelettes et des auto piqueurs, des ballons de hand. Nous avons demandé la présence du médecin pour connaitre son mode opératoire de distribution auprès des diabétiques. Il était absent alors c'est son assistante médicale qui s'est présentée et qui nous a assuré du contrôle strict des dons aux insulinodépendants exclusivement. Nous sommes obligés d'être intrusifs car l'obtention auprès du laboratoire donateur est très compliquée. Nous sommes interrogés par un journaliste pour un article qu'il veut écrire dans la presse.

  

Sur le retour à Fauresti, nous apercevons au loin, notre ami handicapé qui continue ses essais sur route et qui se dirige vers nous. Nous sommes très satisfaits de le voir ainsi " libre de son handicap". Nous nous rapprochons pour nous arrêter à sa hauteur. A cet instant précis notre étonnement est à son comble, car il se déplace mais pas sur notre fauteuil. En effet, il conduit une espèce de tricycle électrique, dont nous ne connaissons pas l'existence. Nous repartons complètement dubitatifs et surtout avec le sentiment de s'être ,peut-être fait avoir. Plus tard nous demandons des explications à Gavril, qui nous affirme, qu'une personne (inconnue) qui passait un jour sur la route à proximité de la maison de ce monsieur lui aurait dit en le voyant,:"Je vais vous donner un moyen pour vous déplacer". Je précise que les nombreuses demandes que j'ai pu effectuer en France, plus de 150 je n'ai reçu qu'une seule réponse pour avoir un fauteuil électrique(1) et que je constate que la même personne en possède désormais 2 n'est pas possible. Qu'il faut envisager la reprise de ce matériel pour le donner à quelqu'un d'autre qui en aura aussi l'impérieuse nécessité. Je mènerai, encore cette action de récupération seul. Mais l'actuel utilisateur demande une période de réflexion de 4 jours pour prendre une décision définitive. Nul ne nous avait prévenu de ce doublon, car nous n'aurions pas alors déchargé le fauteuil. Ces zones d'ombre sont parfaitement malsaines, surtout que cette rencontre fortuite nous a fait découvrir une chose dont on nous cachait, soigneusement l'existence ...! AFFAIRE A SUIVRE.

(1) (pour rendre hommage et continuer l’idée de leur père venu dans les année 90 dans le Satu Mare en actions humanitaires, la famille française a décidé de nous donner l’appareil destiné à la Roumanie. C’est cette destination, mais également notre historique associatif, qui a influencé positivement cette donation finale. Ce dont je me réjouis)

21 septembre nous repartons à Copalnic Manastur, chercher la responsable du service social qui va nous accompagner à Vad, lieu où seront installés les habits bébés et enfants. Le maire, le vice-maire sont absents. Arrivés dans la localité nous nous retrouvons en face de Tsiganes, appelés aussi Gitans (femmes et enfants) qui sont venus des villages de Fauresti et de Laschia. Nous avons commencé la répartition, relativement tranquillement.

  

Au bout de 20 minutes tout a dérapé. Nous avons été submergés par une vague déferlante de personnes qui voulaient obligatoirement avoir quelque chose. Nos tables ont été pillées en quelques minutes. Nous avons bien essayé de contrôler la situation mais la violence commençait à poindre. Devant cette agressivité nous avons laissé le pillage se poursuivre. Les balluchons étaient bien remplis. Déçus et vaincus de cette journée qui restera comme la pire connue depuis 24 ans.

  

22 septembre nous obtenons une réunion avec le maire et le vice-maire de Copalnic Manastur pour leur indiquer notre mécontentement sur l'épisode agressif des ses administrés. Il s'excuse, bien sûr, puis il téléphone au chef de la police, car nous devions être protégés. C'est vraiment très réconfortant que d'apprendre qu'il existait un degré de dangerosité, mais nous nous en sommes aperçus. Nous précisons ne plus vouloir procéder de cette façon quand il y a des risques à l'intégrité physique vis-à-vis d'humanitaires qui viennent pour aider et non pas pour être agressés sous n'importe quelle forme que ce soit. Cette désagréable expérience sera, pour ce qui nous concerne la dernière.

Nous nous dirigeons vers Grosii Tiblesului, pour remettre à la mairie des fauteuils roulants, des chaises percées, des couches, des vêtements neufs et des ballons de hand.

  

J'ai repris le fauteuil électrique à Fauresti sans avoir d'explication à donner à qui que ce soit et l'ai chargé dans le fourgon.

23 septembre, réunion à la mairie de Baia Sprie, avec le maire, ses adjoints et divers journalistes. Je remets le courrier et les livres et transmets les salutations amicales du maire de Ploemeur R. LOAS.

  

Après cette réception nous offrons des ballons de hand et des T shirts au professeur de sport de l'école primaire. Je fais la connaissance du nouveau directeur du service incendie du Maramures. Puis je donne une interview aux journalistes présents.

   

24 septembre, nous déchargeons le fourgon de la peinture (intérieur) et des cartons de consommables médicaux pour l"hôpital de Baia Sprie. Cette deuxième partie de l'objectif de la réhabilitation totale de l'établissement de santé se fera progressivement, sans connaitre exactement une date précise pour l'accueil des malades (72 lits) . 900 kg de peinture ont été donnés en 2015.

  

Nous avons visité le laboratoire et avons vu que les tables "paillasses" avaient trouvé leur place, au grand plaisir des laborantines.

  

POUR MÉMOIRE :

VOICI LES CHIFFRES CONCERNANT L'HÔPITAL DE BAIA SPRIE : RÉOUVERTURE AVRIL 2013.

- 16 400 patients ont reçu des soins.-12 spécialistes.- 7 généralistes. - 2 dentistes. - 1 laboratoire. - 12 services fonctionnent. - les services de cardiologie et l'urologie sont exploités depuis le début de l'année 2015. - 5 médecins assurent les gardes 24h/24. sans oublier les personnels administratifs embauchés.

Une enquête journalistique, écrite, montre que : C'est l'un des plus grands projets en ROUMANIE, à titre privé en phase de réalisation.

Cette réalisation demeure la fierté de notre association tant les implications des responsables locaux (politiques et médicaux) sont visibles



25 septembre je connais l'existence d'un homme, que je n'ai jamais vu, qui a eu un accident domestique il y a 20 ans et qui s'est brisé les cervicales. Il est tétraplégique. Sa femme vient aux distributions à Sisesti et nous lui fournissons nombre de couches, matelas anti escarre et autres matériels orthopédiques qui pourraient améliorer les conditions de vie de son mari. Nous allons étudier la possibilité de lui donner le fauteuil électrique, mais je me pose beaucoup de questions quant à son utilisation efficace devant un handicap aussi lourd. Nous arrivons au domicile de ce couple. La femme nous accueille dans une cour assez grande, puis nous entrons dans la maison. Nous sommes face à un homme complètement alité. Ce qui ne me rassure pas du tout. Je lui serre la main, surprise elle bouge. Son épouse s'approche du lit, lui prend le bras et en 2 secondes notre bonhomme est assis et pour nous montrer ses progrès, réels, il attrape son déambulateur et le voilà debout. Je suis de plus en plus estomaqué mais aussi heureux intérieurement car tout parait désormais faisable. Il s’assoit dans le fauteuil électrique et il déambule dans la cour. Les premières tentatives sont prudentes, approximatives, étonnantes . Cela fait un peu plus de 20 ans qu'il n'a pas bougé de chez lui. Désormais il pourra se rendre au terrain de foot par la route goudronnée. Aller voir les copains, les voisins, discuter, redevenir "normal". Avoir une vie sociale. RENAITRE.... C'est une excellente journée pour nous, positive et qui estompe les désagréments subis.

   

Nous considérons à cet instant que notre action humanitaire est enfin réalisée, non sans mal. D'autant plus que la température était chaque jour supérieure à 30 degrés .

Nous devons désormais traverser l'Europe d'Est en Ouest et le périple, je le pressens risque d'être mouvementé.

Çà commence en Hongrie à 15 kms de la frontière. Le fourgon est arrêté par des employés de l'autoroute qui vérifient la présence du ticket de péage. A celui, peu aimable qui me contrôle je refuse de lui montrer les "papiers" du fourgon, n'ayant pas à faire à un policier. Je lui montre le ticket acheté et ayant une validité d'un mois. Il le regarde et me dit qu'il n'est pas valable. Que je ne suis pas dans la catégorie de véhicule pour lequel j'ai payé. Je lui montre la tare du fourgon collée à l’extérieur côté passager. Il persiste à me faire comprendre que je suis en infraction. Je lui montre la carte grise du fourgon, mais dans la panique c'est celle de mon véhicule personnel que je lui donne. Je rectifie et montre la bonne. Il me conduit vers une roulotte où je lis le mot "caisse". L'employé dit en langue allemande que les catégories ont changé en Hongrie depuis 2015 et que le fourgon est surclassé. Tu parles !! Ça veut aussi dire que le prix de l'autoroute est multiplié par 3. Au niveau de l'arnaque la Hongrie est championne toute catégorie (c'est le cas de le dire). L'employée à l'aller ne m'a rien dit sur ces nouvelles dispositions. Pour 15 kms nous avons dû payer 52 € + 20 € (aller) = 72 € . Si ce n'est pas du vol ? De plus l'abruti qui m'a contrôlé s'est permis de me subtiliser mon permis de conduire. MAIS DE QUEL DROIT ? Ces errements sont inqualifiables et inacceptables. Pour toutes ces raisons je vais faire une PROTESTATION OFFICIELLE auprès de Monsieur S. COMTAT Consul de Hongrie basé à Rennes.

Nous repartons vers la frontière avec l'Autriche. Nous sommes bloqués dans un "bouchon" à cause des migrants. Contrôle rapide et direction Vienne puis la frontière allemande : Passau. "Rebouchon" 1h30 d'attente au bout de laquelle je suis invité par des policiers à aller me garer pour vérification de l’intérieur du fourgon. Je m'attendais à cela vu les événements, lugubres, passés. Ouverture des portes arrières, contrôle visuel, fermeture des portes = 35 secondes pour 90 minutes d'attente. Enfin !

C'est sous un déluge de pluie et de vent que nous rallions la Bretagne le 4 octobre 2015.

  

CONCLUSION :

Ce que nous n'avons pas aimé :

Avoir l'impression de s'être fait tromper avec le fauteuil électrique. J'ai aussi appris qu'il existait à Baia Mare (ville préfecture du Maramures) un marché parallèle pour ce genre d'appareil (sic) Le pillage vestimentaire. Se retrouver seuls au cours de donations. Se faire arnaquer en Hongrie. Personne ne cherche un moyen de transport pour la peinture. Nos actions sont banalisées, normales et attendues.

Ce que nous avons aimé :

L'utilisation efficace du fauteuil roulant.

Ce que nous avons à faire :

Nous avons encore 2 tonnes de peinture pour l'extérieur à acheminer à Baia Sprie (hôpital) qui pourront l'être totalement en 2 voire 3 voyages. Nous devrons marquer chaque pot de peinture afin de vérifier que la destination finale soit scrupuleusement respectée. (des meubles de cuisine et des chaises destinés à l'hôpital de Baia Sprie n'y sont jamais parvenus ) Penser sous une autre façon les donations. Revenir à des fondamentaux plus simples et ne fournir QUE des couches adultes et le matériel pour les diabétiques. Inventorier pour chaque mairie dotée les matériels orthopédiques divers reçus.

samedi 25 juillet 2015

PARIS 14 JUILLET 2015

Un moment exceptionnel accordé à un simple humanitaire

  

Avec le 1er ministre Monsieur E. VALLS

   

mercredi 29 avril 2015

ACTION HUMANITAIRE DU 08 AU 25 AVRIL 2015

Le mercredi 8 avril 2015, comme depuis longtemps le départ est toujours effectué avant 07 heures du matin, puis la traversée de la France et passage dans le premier pays étranger , mais l'est-il encore ? l'Allemagne et arrêt à REILINGEN.

Le jeudi 09 départ à 04 h 15 car je crains une circulation assez dense et je préfère prendre les devants. L'Autriche et le Danube m'accueillent, puis l'autoroute, fluide, qui me mènera de Vienne en Hongrie où je ferai halte à Tatabanya. Peu avant de quitter le pays des "Valses" un automobiliste me fait des signes afin que je m'arrête. Devant moi il se gare sur le bas côté et me montre que mon pneu arrière est dégonflé. Diagnostique : la valve est entaillée et perd peu à peu l'air. Je suis obligé de m'arrêter dans les stations services fréquemment pour regonfler. Je pense que cette action va me permettre d'arriver au terme de mon voyage, car le fourgon est lourdement rempli..!

Le vendredi 10 en quittant Tatabanya je me dirige vers un parking, où, la veille j'ai vu des réparateurs de roues. Je demande s' ils peuvent intervenir sur mon souci de pneu, mais s'exprimer en hongrois c'est quasiment impossible, alors j'essaie en allemand. Nous nous comprenons tant bien que mal. Ils ne peuvent rien faire, le fourgon est trop lourd pour être soulevé et pour que la valve soit changée. Ils me remettent un coup d'air pour continuer . Je commence à bien connaître les stations services désormais. Je m'approche de la frontière et une file de voitures est formée. J'attends sagement et mon tour arrive. Vérification rapide et "passe ton chemin" m'ordonne-t-on : Bonjour la ROUMANIE. J'arrive à Surdesti à 17h30. Ce pays affiche une heure de décalage . A 20h00 j'ai, déjà, ma première réunion avec le maire de Baia Sprie, car il m'annonce qu'il doit s'envoler pour les USA le mardi suivant. C'est toujours agréable d'apprendre ce genre de nouvelles..!

Le samedi 11 avec la navette de la mairie de Copalnic Manastur nous partons vers Cluj Napoca, plus exactement son aéroport afin d'accueillir la bande de copains du "Bagad Sonerien An Oriant" qui a été invitée pour les fêtes pascales orthodoxes. Après s'être restaurée et à l'invitation du maire de Baia Sprie, la petite troupe découvre cette localité et visite l'hôpital que Solidarité PloemeuRoumaniE a rouvert en avril 2013. Les commentaires positifs vont bon train et l'étonnement est perceptible. Les compliments et encouragements fusent. Je donne une interview à un journaliste de Graiul Maramuresului.

  

Le dimanche 12 le groupe de Bretons au complet se dirige vers l'église en bois de Surdesti et assiste aux rituels (bénédictions, gréco-catholiques de Pâques). De retour à la pension nous faisons une répétition, en faisant attention de ne pas jouer "Maramures plai cu florii" qui est l'hymne de la région et que nous conservons comme surprise pour les fins de concerts, d'autant plus que nous avons des spectateurs. Nous célébrons par un copieux déjeuner cette fête très importante de Pâques. Nous partons à pied découvrir les environs. Nos pas nous mènent vers l'église de Cetatele.

Le Lundi 13 c'est la grande fête traditionnelle appelée " UDATORIU" qui honore le "Gospodar" le premier homme du village de Surdesti ayant travaillé dans son champ. Pour cet événement champêtre il y a beaucoup de monde et les chants, danses et musiques typiques se suivent au grand plaisir des spectateurs. Puis arrive le tour du bagad qui commence son concert par le couple de sonneurs Mael et Tophe. Je fais la connaissance du nouveau préfet. Ma présentation est superflue m'assure-t-il, car il me connait, me dit-il. Il a déjà beaucoup entendu parlé des actions de Solidarité PloemeuRoumaniE et de son président ...!

  

puis tous ensemble jusqu'à la surprise finale "Maramures plai cu florii" où tous les gens se transfigurent et tapent dans leurs mains pour remercier de cette délicate attention. Dans les autres villages les spectateurs auront des réactions différentes, en se mettant debout, en chantant et en tapant dans les mains. Cette démonstration de joie n'est vraiment pas courante chez les gens du Maramures et ce " laisser aller" authentique fait réellement plaisir à voir et à savourer sans modération !

  

Le mardi 14 nous nous produisons à Grosii Tiblesului, où l'ambiance est également présente et la bonne humeur du maire contribue à l'animation de ce moment.

  

Le mercredi 15 c'est au tour de la municipalité de Copalnic Manastur de recevoir les "Sonerien" et là aussi l'instant est chaleureux et festif.

  

Le jeudi 16 c'est le dernier spectacle qui se déroule à Baia Sprie et notre prestation précède des groupes de chanteurs (euses) et danseurs (euses) traditionnels (les). Avant cette représentation c'est un journaliste de la Radio Télévision Roumaine qui m'interroge.

  

A NOTER que chaque maire qui recevait le Bagad s'est vu remettre , en témoignage de remerciements, un livre sur Lorient offert par Monsieur le Maire de Lorient accompagné d'un CD musical de la formation.

  

Le vendredi 17 à 02 heures du matin il a fallu partir pour Cluj Napoca prendre l'avion qui ramenait les musiciens vers la Bretagne. Je dois avouer que le fait de me retrouver seul a été surprenant mais ma journée va être chargée car commence pour moi l'action humanitaire et les diverses occupations qui vont être indiquées ne vont pas me permettre de naviguer dans la monotonie. A en juger ....!!!

Mairie de Copalnic Manastur, le déchargement du fourgon commence et nous entreposons du matériel orthopédique (fauteuils roulants, chaises percées, cannes anglaises, déambulateurs), des couches pour adultes et des vêtements neufs pour bébés,enfants jusqu'à 4 ans et adultes. Je reviendrai dans cet endroit le mardi 22 pour la distribution des habits, sur laquelle nous voulons la plus grande attention afin que tout le monde puisse en avoir, là comme ailleurs et ainsi éviter de la revente..!!

  

Le samedi 18, nous offrons un fauteuil roulant à une femme de la localité de COAS, qui de par son embonpoint est obligée de posséder une chaise large, que nous avons eu beaucoup de mal à trouver. Nos efforts sont récompensés la dimension convient ouf ....!! Bien des fois nous sommes contraints de respecter des demandes particulières, car il ne servirait à rien d'apporter des "choses" qui seraient inutilisables. Après je me dirige vers Baia Sprie pour donner une interview à un journaliste du quotidien Informatia Zilei qui aura pour mission d'écrire un article sur l’hôpital de Baia Sprie, car d'après ce que j'ai pu entendre l'information semble restrictive. A décharge les gens du Maramures ne lisent pas ou peu les journaux, alors...!

Dimanche 19 REPOS eh oui !!__

Le lundi 20, c'est nôtre hôpital de Baia Sprie qui reçoit les dons : du matériel pour le laboratoire (balance, tables paillasses, stérilisateur, microscope, déminéralisateur etc).

  

mais aussi 450 kg de peinture (intérieur) afin de réhabiliter complètement la seconde aile qui sera dotée de 70 lits ( déjà sur place) pour les séjours des malades ou opérés. Nous possédons à peu près 2 tonnes de peinture (intérieur et extérieur) stockés à Ploemeur qu'il faudra bien acheminer. J'ai laissé le soin au maire de régler ce problème, car il y a des camions roumains qui viennent livrer en Bretagne et qui repartent à vide. Exactement comme nous avions procédé en novembre 2012.

  

Le travail terminé nous sommes allés constater l'évolution du bâtiment qui est opérationnel depuis avril 2013 et voici la surprise qui nous attendait. Il existe maintenant un service d'accueil. Deux personnes ont été embauchées.

  __

VOICI LES CHIFFRES CONCERNANT L'HÔPITAL DE BAIA SPRIE : RÉOUVERTURE AVRIL 2013.

16 400 patients ont reçus des soins.-11 spécialistes.- 7 généralistes. - 2 dentistes. - 1 laboratoire. - 9 services fonctionnent. - les services de cardiologie et l'urologie sont exploités depuis le début de l'année 2015. - 5 médecins assurent les gardes 24h/24. sans oublier les personnels administratifs.

Une enquête journalistique, écrite, montre que : C'est l'un des plus grands projets en ROUMANIE, à titre privé en phase de réalisation.

Cette réalisation demeure la fierté de notre association tant les implications des responsables locaux (politiques et médicaux) sont visibles

Je dois maintenant penser à faire réparer ma roue qui tient malgré tout. Avec Dorin PASCA, le maire, nous nous dirigeons vers l'atelier du "vulcanizare" qui voit le fourgon arriver mais qui ne semble pas être le bienvenu. Dorin descend et va discuter avec celui qui doit avoir le rôle de Chef. Quelques instants après je vois fondre 5 gaillards sur l'arrière du fourgon et chacun a son rôle bien défini. L'un est responsable du charriot élévateur, le second avec son tournevis dégage la plaque qui cache les boulons, le troisième avec son dévisseur électrique fait sauter les boulons, le quatrième descend la roue et le cinquième part avec pour la réparation. A peine cinq minutes après et dans le sens contraire de manipulation le fourgon est sur ses 4 roues. Incroyable. Digne des plus grands de la F1. Chapeau les gars !!!!

Le mardi 21, le matin nouvel arrêt à Copalnic Manastur pour la distribution des vêtements qui sera dirigée par la chef de service social et qui connait parfaitement les bénéficiaires (exclusivement des gitans) qui arrivent par petits groupes (clans).

  

Cette donation organisée, équitable, se passe dans le calme, les hommes sont en retrait.

  

L'après midi je me dirige vers Grosii Tiblesului pour y déposer des produits d'hygiène (couches pour adultes) des vêtements pour bébés et enfants et des sièges percés.

  

Notre seconde livraison, de la journée consiste en des appareils de kinésithérapie pour la CRÉATION DU CENTRE DE KINÉ (cage à poulies avec accessoires, lit de kiné, banc de rééducation etc..)

  

appareil de massage, tabouret tournant, tapis de sol, vélo de rééducation, appareil ultra sons, négatoscope, défibrillateur et articles de kiné (orthèses, lombostats, colliers cervicale, chevillère etc...)

  

Le mercredi 22, dernière fournée à SISESTI, je n'ai jamais vu autant de monde à attendre des aides. C'est assez surprenant, alors pour ne pas trop faire attendre toutes ces personnes et après recommandations sur l'utilisation personnelle des produits de diabète nous commençons à donner. Comme d'habitude c'est presque la foire d'empoigne. On se bouscule. On veut être servi le premier. C'est sans doute cela l'énergie du désespoir ?? Cette atmosphère ne me plait pas du tout alors je ne mets en retrait et laisse le maire son adjoint et les employées du service social œuvrer,

  

puis ce sera le tour des couches pour adultes,

  

et enfin les habits pour les bébés et enfants

  

Je dois avouer et je le fais savoir qu'à mon avis cette distribution est mal préparée. Elle se fait d'une façon anarchique, sans méthode. Je souhaite que l’opération de septembre 2015 soit organisée d'une façon claire et précise. Que le mode opératoire oblige les bénéficiaires à indiquer les nombres et l'âge des enfants. Je suis persuadé que des mères sont parties les bras chargés tandis que d'autres n'avaient rien . Je n'accepte pas cette injustice et ce manque de clairvoyance. Je serai sur ce point très vigilant et demanderai à visualiser la liste dans l’intérêt de tous. Mais c'est SISESTI....!

Après avoir chargé le fourgon, le départ est dans 24 heures , Gobi me demande de l'accompagner à Fauresti, au domicile d'un homme pour lequel il m'avait demandé de me renseigner en vue d'obtenir un fauteuil roulant électrique. Arrivés sur place, nous sommes accueillis très chaleureusement par un homme d'une cinquantaine d'années. Tout dans cette maison respire le vrai, l'authentique. C'est propre et sans odeur négligée. Je sais qu'il a été mineur. Les mines ont toutes fermé en janvier 2007 lors de l'entrée de la Roumanie dans l'U.E. Comme bien d'autres, hélas il a été licencié. Il a eu un accident et sa colonne vertébrale a été brisée. Il me connait, me dit-il. Il m'a vu plusieurs fois à la télévision ou dans les journaux. Il me remercie pour mon engagement caritatif dans le Maramures et sa femme, qui nous a rejoints, m'offre des broderies. Dans un premier temps je refuse, mais leur insistance est telle que je ne peux ne pas accepter. Je lui donne des couches pour adultes, c'est tout ce que je peux faire. J'apprends aussi qu'il a fait plusieurs tentatives de suicide. Trop prisonnier de son handicap. Trop dépendant de sa femme. Trop isolé dans un endroit ou l’accès aux autres est difficile. Son seul espoir c'est moi. Devant cette gentillesse et le visage de cet homme qui n'est que bonté, je promets de faire des recherches pour lui trouver un fauteuil roulant électrique. Je lui demande de m'attendre. Il sourit. Il croit en ma parole et me promet qu'on se reverra. ÉMOTION.

NOUS RECHERCHONS UN FAUTEUIL ROULANT ÉLECTRIQUE EN PARFAIT ÉTAT DE MARCHE. MERCI

Le jeudi 23, il fait beau. Depuis une semaine la température était tombée à 2 degrés dans la journée. Il avait plu et neigé. Les sommets des montagnes avaient à nouveau blanchi. Je quitte Surdesti pour un voyage retour de 3 jours avec première étape en Autriche.

Le vendredi 24 nouveau départ en direction de l'Allemagne où je m'arrêterai le soir. Cet itinéraire a été très pénible avec de trop nombreux ralentissements, voire bouchons. La circulation est un véritable problème dans ce pays, car les autoroutes sont très fréquentées et par toutes sortes de véhicules. C'est pour ces raisons que j'ai opté de circuler le week end, mais pas cette fois. Je ne fais pas toujours ce que je veux du moins dans ce domaine.

Le samedi 25, je quitte le Baden Württemberg pour franchir la France d'est en ouest. La circulation à Paris est quasiment nulle et la capitale est avalée rapidement. La fin du voyage se déroule sans problème et j'arrive à Fort Bloqué à 21h00.

CONCLUSION :

J'ai trouvé particulièrement difficiles les recherches des différents matériels. Les promesses de dons se faisaient malheureusement attendre (trop). Les déplacements en France ont été longs, assez répétés et onéreux . Le travail de cette dernière action a été douloureux. Les demandes en Roumanie se font lorsque je suis présent. Il est évident qu'on ne peut y répondre favorablement. L’organisation pour la réception et la distribution des dons est toujours un moment fluctuant. Rien n'est jamais bien défini.

Il y a heureusement des grandes satisfactions : l'hôpital de Baia Sprie, mais il faut une communication active, à la hauteur de la réalisation. Nous espérons une avancée rapides des travaux de réfection des bâtiments. Nous continuerons d'offrir des vêtements neufs que nous possédons, en apportant toujours une attention très particulière aux dotations. Nous attirerons l'attention des municipalités en ce sens. L'année prochaine il y aura les élections municipales et nous ne savons pas les changements qui peuvent se produire. Soyons là aussi très attentifs...!!

PROJETS 2015 :

Suivi des malades. Acheminement de la peinture. Trouver un fauteuil roulant électrique

Prochain voyage : Septembre 2015.

mardi 14 octobre 2014

ACTION HUMANITAIRE DU 20 SEPTEMBRE AU 11 OCTOBRE 2014

LE FORUM DES ASSOCIATIONS s'est tenu à PLOEMEUR les 6 et 7 septembre 2014. Une fois de plus notre association y était présente. Nous avons pu expliquer nos actions dans le Maramures et inviter aussi nos visiteurs à venir découvrir cette merveilleuse région. Nous avons senti une plus grande attention que par le passé. Peut-être est-ce du aussi à l'importance, à la fidélité consenties à nos amis Roumains ??? Cette édition était incontestablement plus intéressante.

  

ACTION HUMANITAIRE DU 20 SEPTEMBRE AU 11 OCTOBRE 2014.

        

Samedi 20 septembre, le départ est toujours effectué tôt, mais surtout ce déplacement je ne le ferai pas seul. En effet ma femme Lysiane a décidé de prendre part au périple..! Pas de problème particulier à signaler. Le temps est beau et PARIS se traverse très facilement. Arrêt à FRANKENTHAL en ALLEMAGNE.

Dimanche 21, nous reprenons l'autoroute. La circulation est fluide car nous avons le bonheur de voir les camions garés sur les aires de repos, comme en AUTRICHE leur circulation est interdite le week end. Nous recevons de la pluie pour la fin de l'itinéraire germano-autrichien. C'est pénible et le vent se met de la partie. Traversons le pays de Sissi pour nous arrêter le soir à TATABANIA en HONGRIE, dans une pension (à proximité de l'autoroute mais sans en avoir les inconvénients) : personnel accueillant et environnement agréable

Lundi 22, direction BUDAPEST que nous passons avec difficultés car les rues de la capitale magyare sont en travaux et les ouvriers semblent être au ralenti, mais bon !!! Gros bouchons quand même. Voilà le plus dur est derrière nous et désormais nous attaquons les 240 derniers kilomètres d'autoroute... En fin de matinée et sous un déluge nous parvenons à la frontière hongro-roumaine, qui existe encore car la ROUMANIE n'est pas encore entrée dans l' espace Schengen, seulement dans l'U.E.. Il y a beaucoup de véhicules à l'arrêt devant nous et nous devons attendre. Nous sommes contrôlés en 7 secondes et en avant vers le MARAMURES. Nous arrivons à notre destination finale en début de soirée.__

Mardi 23, sous la pluie et le vent nous prenons le chemin de COPALNIC MANASTUR. Sur place les "gros bras" ne sont pas encore arrivés. En les attendant nous avons un frémissement de joie. Nous voyons une femme âgée qui se déplace à l'aide d'un de nos déambulateurs. Cette femme ne sortait pas de chez elle et désormais elle retrouve une "sociabilisation". Preuve que nos efforts ne sont pas vains. Je suis heureux de ce que je vois. Donnez du mieux être à des Humains.

  

Notre équipe est enfin complète et nous pouvons commencer à décharger le fourgon. (dons habituels)

  

Puis nous allons visiter, avec le médecin, le dispensaire qui a été équipé en avril 2014. Les différents matériels de gynécologie (pèse bébé, lit de consultation, toise et tabouret)

  

ainsi que l'armoire en verre ont trouvé leur place, dans un lieu propre et accueillant et digne de la santé !!! Nous souhaiterions offrir UN ÉLECTROCARDIOGRAPHE .

  

A NOTER : Que le maire a été, dernièrement, victime d'un accident, grave, de la route et que malgré sa fracture au sternum il est venu nous saluer en s'excusant de ne pouvoir participer activement à cette action du cœur pour ses administrés. Cette marque de respect vis-à-vis de notre association est à signaler. D'autres maires n'ont pas cette délicatesse, hélas.

Mercredi 24, soleil radieux et chaleur, c'est la mairie de Sisesti qui reçoit les dons. Nous laissons des matériels orthopédiques, des couches pour adultes et ...

  

procédons à la distribution des appareils et nécessaires de mesures (bandelettes et autopiqueurs) pour les diabétiques :

  

Le jeudi 25, la journée est très chargée. Nous commençons par BAIA MARE . Après avoir répondu aux journalistes de la Radio Roumaine Internationale

  

puis à ceux de la Télévision de Transylvanie

  

nous sommes reçus en audience par le nouveau Président de la Région du Maramures : Monsieur Zamfir CIRCEU, à qui j'explique mes actions. Il connait les réalisations dont sa région a bénéficié car il est natif de Dumbravita* et y habite. (*administrée par la mairie de Copalnic Manastur.). Je lui remets la lettre de soutien à S.P.R.E. du nouveau de maire de Ploemeur : Monsieur Ronan LOAS , ainsi que le livre de notre commune.

 

Je lui présente aussi mon "badge" de Député d'Honneur, pour lequel il me félicite et avant de nous quitter nous prenons une photographie officielle de cet entretien qui a été cordial. Il me promet une autre rencontre lors de mon déplacement en avril 2015 à l'occasion de la fête traditionnelle de "Udatoriu" qui se déroulera à Surdesti.

  

Le Président de région a offert des livres et des brochures destinés : au maire de Ploemeur qui ont été remis au directeur du cabinet le mardi 15 octobre 2014. et au Député de Lorient, remis le lundi 20 octobre 2014 au secrétariat.

L'après-midi nous nous rendons à GROSII TIBLESULUI et donnons les "cadeaux habituels". Avec le 1er adjoint Valère nous nous rendons au dispensaire et un seul coup d’œil rapide nous indique un manque cruel de matériels. Nous discutons avec la doctoresse qui demande assistance. Nous lui proposons, 1 lit de consultation (avec étrier), 1 tabouret et 1 autoclave. Ce qu'elle accepte spontanément. Elle a reçu 3 jours après cette promesse, car le mobilier était , coincé tout au fond du fourgon.

  

Le maire arrive de Bruxelles en début d'après-midi. Nous passons un très agréable moment autour d'un repas copieux. Avant de partir il me confie qu'il désire construire un centre social (sa commune est très isolée) dans lequel bien sûr prendront place ce qui sera offert par S.P.R.E., à savoir un cabinet dentaire et du matériel de kiné (vélo pas exemple)défibrillateur, E.C.G. etc... Nous avons déjà commencé à apporter différentes "choses", mais ce n'est pas encore assez pour que ce centre soit réellement opérationnel. Nous ferons tout notre possible pour améliorer l'ordinaire, tant cette municipalité est courageuse et dont les élus se battent vraiment pour l'ensemble de la population. Grosii Tiblesului, comme Copalnic Manastur méritent vraiment que S.P.R.E. prennent leurs demandes en considérations.

Le soir s'est vers COAS que nous allons donner une chaise percée à une personne âgée. Et la journée s’achève, enfin.....!!!

Vendredi 26, encore un "gros morceau" aujourd'hui , l'hôpital de BAIA SPRIE. Le maire Dorin PASCA est déjà arrivé avec une équipe municipale, car les matériels destinés au laboratoire pèsent 110 kg chacun.

  

ces purificateur d'eau, tables en verre et autres centrifugeuses prennent très rapidement la direction finale de leur voyage, au grand étonnement positif des laborantines qui n'en croient pas leurs yeux.

  
  

et le déménagement des vieux mobiliers ne se faire guère attendre...

  

et qui sont immédiatement remplacés et aménagés ...

  

Tout le personnel soignant nous remercie chaleureusement pour ces différents "cadeaux". Nous les sentons vraiment heureux. Le maire nous donne rendez-vous pour le mardi suivant au même endroit. Nous y serons.!!

Samedi 27, nous effectuons une tournée de couches pour adultes. Il y a toujours des retardataires ou des personnes non avisées. La communication a souvent du mal à passer dans les montagnes...!!!

Dimanche 28, repos et ballades dans la montagne.

Lundi 29, nous avons rendez-vous à BAIA MARE avec un journaliste de Graiul Maramuresului et en fin d'après-midi avec le maire de Grosii Tiblesului, qui vient chercher le reliquat promis et décoincé dans le fourgon.

Mardi 30, retour à l'hôpital de BAIA SPRIE. Le maire nous explique qu'il veut "ouvrir" la seconde aile, où se trouve le laboratoire, mais aussi une soixante dizaine de lits ( voir décembre 2012) installés dans les chambres. Il nous demande si nous pouvons l'aider en lui apportant de la peinture . Effectivement les lieux en sont fortement dépourvus et méritent que nous nous y intéressions.

  
  

L'ensemble de l'immeuble doit être repeint et assaini, car rien n'a été fait. Du fait de la fermeture les murs, sols et plafonds ont souffert. Nous prenons encore ce souhait en direct, mais évidemment et par prudence nous ne nous engageons pas. A mon retour en France je prendrai contact avec le donateur et j'espère obtenir un retour positif..... Espoir quand tu nous tiens.

En fin de journée nous devons encore voir le premier adjoint au maire de COPALNIC MANASTUR pour finaliser l'arrivée d'un groupe d'étudiants (es) français (es) "Les Raideurs du Cœur" dans leur ville à partir du 21 octobre, ce pour quelques jours.

Et puis le soir, "cerise sur le gâteau" nous sommes invités à une émission de télévision en direct à BAIA MARE. Questions réponses et témoignages des spectateurs en live sur nos actions. Les commentaires sont positifs, sans exception.

  

Mercredi 1 octobre, nous prenons congé du MARAMURES et notre périple nouveau va nous conduire vers le sud-est du pays: Le DOBROGEA. Depuis quelques années une association internationale non humanitaire demande à ce que nous allions visiter l'endroit. Pour y arriver il y a 650 km de routes très dangereuses . Il faut une demi journée pour rejoindre TULCEA. Notre interlocuteur nous accueille et nous lui confions des vêtements homme (pantalons, chemises, vestes) . Nous envisageons plusieurs visites dans cette région. Notamment du côté de Babadag. Ce qui se fera sur 2 jours, jeudi 2 et vendredi 3. Ce que nous voyons nous rappelle le Maramures mais avec 23 ans d'écart et je peux mesurer les avancées consenties dans le nord du pays. La misère est partout. Les gens semblent d'un autre âge, d'une autre époque. Les mosquées font leur apparition. Ici s'est un mélange de peuples: Lipovenes, Turcs, Tsiganes, Tatares, Grecs, Roumains, Hongrois, Bulgares etc..!!! On se demande vraiment où l'on est... Le choc est saisissant et je me sens incapable de commencer des actions dans cette région, trop éloignée (4 jours de voyage sont nécessaires). Je fais savoir ma décision négative, qui est sans appel, mais argumentée, la tache est trop importante, trop tentaculaire...!!!

Samedi 4 nous faisons halte à BUZAU.

Dimanche 5 c'est MEDIAS qui nous héberge, là aussi nous sommes attendus pour les mêmes raisons que 48 heures plus tôt. Un jumelage nous est même proposé, mais la question est vite refroidie quand je demande sous quelle forme il pourrait être envisagé. Les idées sont toujours excellentes, mais le réalisateur est toujours le sollicité. Je ne veux plus m'engager sur d'autres régions.

Lundi 6 nous repartons vers l'ouest : La Hongrie, la suite de la semaine et après avoir franchi l'Autriche, l'Allemagne, la France nous ramènera vers la Bretagne , que nous atteindrons le samedi 11 octobre : FIN DU VOYAGE.

Le prochain est programmé pour AVRIL 2015.

Nos projets sont les suivants :

Équiper les dispensaires. Apporter de la peinture. Doter en fauteuils roulants et autres les handicapés et personnes âgées ( avec tous les problèmes annexes qui accompagnent ces souffrants.) Nous n'oublions pas non plus les diabétiques (dont le nombre est toujours plus important). Bref les objectifs sont connus et les besoins également. Fournir des habits (enfants) pour les familles en grande difficultés.

Les plus : L'implication et les soutiens des maires de : Copalnic Manastur, Baia Sprie et de Grosii Tiblesului.

Les moins : La négligence, voire l'indifférence du maire de SISESTI qui ne doit pas s'imaginer que nos actions sont "normales" et/ou "banales". Elles ne doivent pas faire partie de l'habitude, croire cela pourrait entrainer des désagréments et des décisions définitives. Se comporter ainsi après avoir écrit à notre association le désir d'un PARTENARIAT montre le ridicule de son auteur...! Cette municipalité m'a toujours donné des motifs d'insatisfactions.

lundi 18 août 2014

STAGE DE 3 ETUDIANTS BRETONS. ( 28 avril au 02 juillet 2014)

L'association a une nouvelle fois été sollicitée par 3 étudiants Bretons en 2ème année de DUT de Quimper (diplôme universitaire de technologie) gestion logistique et transport

Si le carnet d'adresses de S.P.R.E. peut se vanter de posséder de belles cartes de visite en tous genres, il se peut que parfois les interlocuteurs oublient trop rapidement les bénéfices des dons consentis.

Effectivement nous avions trouvé un stage auprès de la mairie de Farcasa, dont le maire possède une société de transport (cette localité a reçu un camion de pompiers avec tout le matériel et les équipements de sécurité en septembre 2008).

Celui-ci dans un premier temps, en accord avec son fils gérant de ladite société, avait accepté s'est (ou se sont) ravisé brusquement me laissant avec un problème sur les bras, car les démarches auprès des étudiants et de leur administrations universitaires étaient engagées et le fait de cette soudaine reculade a embarrassé tout le monde.

J'ai donc repris ma ténacité à deux mains et suis reparti dans d'autres investigations. J'ai alors alerté les autres maires, ceux qui n'oublient pas, de bien vouloir m'apporter aide et soutien. C'est ainsi que nous avons trouvé la société de transport BUZAU (ORZAN) à Baia Mare .

__Après avoir organisé l'ensemble du voyage, sans oublier l'hébergement, nos stagiaires ont commencé leur travail dans l'entreprise début mai. Cette société se compose d'une quarantaine de poids lourds, qui livrent à l'international. La mission était de structurer le système "papier". Il a fallu numériser tous les dossiers puis créer une application informatique. Celle-ci calcule aussi le coût du carburant et l'entretien des différents véhicules. Ce système mis en place sera une aide précieuse pour le bon fonctionnement de la société. Il leur a aussi été nécessaire de s'habituer à la manière de travailler des Roumains, sans oublier " la minute roumaine" qui est toujours indéfinie dans le temps...!!!

Les 3 jeunes ont eu aussi une approche avec leurs homologues de la faculté de Baia Mare, qui apprennent le français. Cet échange a été l'un des temps forts du séjour.

Il y a au également la découverte de la région du Maramures, la culture, les fêtes traditionnelles et bien sûr la population qui est très accueillante.

Ce séjour, ces expériences vont servir à valider leurs futurs diplômes, qu'après un oral au mois de septembre 2014.

  

jeudi 1 mai 2014

ACTION HUMANITAIRE DU 17 AU 29 AVRIL 2014.

Jeudi 17 : Départ toujours aussi matinal, l'autoroute m'ouvre ses bras (payants). Il fait beau, rien de vraiment excitant. Les vacances scolaires me permettent de traverser Paris rapidement et de me diriger vers l'Allemagne .On se rend compte d'avoir changé de pays aux panneaux publicitaires. Les bâtiments administratifs (police et douane) de l'ex frontière ont été démontés. Le soir repos en Baden Würtemberg.

Vendredi 18 : Démarrage tôt encore, car je pense que les vacances pascales vont probablement me jouer un mauvais tour sur l'asphalte germanique. En effet je ne me suis pas trompé la circulation est dense et les "bouchons" se forment, l'arrêt est alors absolu, mais et comme par enchantement ils disparaissent aussi vite qu'ils sont venus. Mystère de la conduite "teutonne". . Au risque de décevoir le lecteur assidu du site : l'Autriche est franchie SANS AUCUN CONTRÔLE. La frontière Hongroise offre un spectacle de grande agitation. De très nombreux migrants Roumains rentrent au pays afin d'assister à la fête de Pâques. Il y a beaucoup de voitures à l'arrêt , mais aussi en circulation l'autoroute est bien garnie, mais il faut également faire la queue pour acheter la "Matrica" vignette autoroutière. J'avais un moment envisagé de m'arrêter à la ville frontière appelée HEGYESHALOM pour passer la nuit à l'hôtel mais vu le monde je décide de continuer une centaine de kilomètres de plus et de faire halte à Tatabanya, à l'hôtel ARTAND, que je recommande. Refait depuis peu il est accueillant, le personnel est sympathique, le prix acceptable. Un bon point et une belle nouvelle découverte.

     

Samedi 19 : Le départ est un peu plus tardif, je ne suis qu'à 45 kilomètres de Budapest. Le soleil est encore présent. Je me donne le temps. La capitale hongroise est rapidement traversée, pas de circulation. 22 degrés à 9h00 du matin, ça promet pour la journée. Vers 15h00 j'arrive à Petea, frontière de la Roumanie et le contrôle s'effectue très rapidement. Me voilà donc sur les routes de Transylvanie, qui me semblent en meilleur état. Il n'en demeure pas moins que la vigilance et la prudence sont toujours de rigueur car les chariots tirés par les animaux sont encore très actuels. Entre Satu Mare et Baia Mare, en pleine campagne, de superbes ronds points ont vu le jour. J'avoue que la présence de ces sculptures m'interpellent un peu Le futur m'apportera peut-être une réponse. J'arrive au terme de mon voyage à Surdesti vers 18h00. Je pose mes valises.

Dimanche 20 fête de PÂQUES : Ballade à pied jusqu'à l'église en bois du village et rencontre avec les habitants qui viennent spontanément me saluer, heureux de ces retrouvailles toutes simples. Comme pour accueillir celui qui revient.

Lundi 21 : Udatoriu événement festif annuel qui honore le premier homme qui a su s'occuper de sa terre. Chants, danses, habits et musiques traditionnels bercent cette chaude journée. La tsuica est présente et certain atteste de ses bienfaits.

     

Mardi 22 : Les choses sérieuses vont enfin pouvoir commencer et c'est l'hôpital de Baia Sprie (60 lits) qui inaugure le déchargement du fourgon et qui reçoit des compléments de matériels de chirurgie ( caméra, source de lumière, microscope électrique, reprographe, insufflateur, masques opératoires etc) 76 tire-lait, biberons, et articles d'orthopédie neufs ( orthèses de main et de jambe, lombostats, genouillères, minerves chevillères) et 388 paires neuves de bas et chaussettes de contention.

     

Je constate que l'entrée vitrée de l'établissement est neuve. La rampe pour les handicapés est présente. Que le couloir du rez de chaussée a été repeint (peinture offerte en septembre 2012) et que ce niveau abrite 7 médecins généralistes.

Le maire Dorin PASCA m'a avancé qu'une centaine de personnes se présentaient chaque jour aux consultations.

     

J'ai aussi le plaisir de faire la connaissance du médecin gynécologue, qui est très heureux de pouvoir travailler dans un lieu propre et surtout correctement équipé.

     

J'ai été aussi présenté au médecin urologue, pas de service ce jour là. Lui aussi nous indiquait avec gratitude sa satisfaction .

J'ai également rendu visite à l'interne en chirurgie et le sourire de cette femme montrait aussi une grande reconnaissance. J'ai pu constater dans la salle de soins qu'un lit de consultation serait nécessaire.

Une lampe à fente va doter le service d’ophtalmologie (fermé pour fête de Pâques)

     

Je n'ai pas eu le temps de me rendre au laboratoire, mais l'ensemble hospitalier rénové et équipé montre combien la municipalité n'a eu de cesse de se battre contre des décisions gouvernementales iniques et scélérates vis-à-vis de population où le seuil de pauvreté est très largement atteint. La fermeture de cet hôpital en mars 2011 était tout simplement un acte de non assistance à personnes en danger. L'Europe par l'adhésion de la Roumanie en 2007 avait jeté tous les ouvriers et les familles à la rue en fermant TOUTES les mines de la région....

Après ce coup de gueule, j'exprime ma satisfaction totale et entière car les chiffres de fréquentation sur une période de douze mois (réouverture en avril 2013/ avril 2014) indique que 8038 personnes ont reçu des soins. A savoir (GYNÉCOLOGIE/OBSTÉTRIQUE : 466, CHIRURGIE GÉNÉRALE : 3496) le reste des malades étant répartis sur les autres services soit : 4076 (CARDIOLOGIE - UROLOGIE - MÉDECINE GÉNÉRALE etc..)

Que cette réalisation restera la fierté de Solidarité PloemeuRoumaniE. Une de ses plus grandes réussites incontestablement !!

Dossiers universitaires adressés à Baia Mare à la société ORZAN TRANSPORTS dans laquelle 3 étudiants Bretons en 2ème année d'IUT de Quimper vont faire un stage du 2 mai au 28 juin 2014.

Mercredi 23 : Mairie de Sisesti, distributions de couches pour adultes, mais aussi fournitures de matériels de contrôles pour les diabétiques (toujours aussi nombreux) Sans oublier fauteuil roulant et chaise percée.

     

Le même jour, mais en soirée , la Mairie de Campulung la Tizsa reçoit un défibrilateur.

Jeudi 24 : Direction la mairie de Grossi Tiblesului, où nous envahissons le bureau du maire avec fauteuil roulant, chaises percées, cannes anglaises,déambulateurs, pèse bébé, tire lait, articles d'orthopédie et de contention (voir Hôp. Baia Sprie), couches pour adultes, désinfectant liquide pour plaies et 1 défibrillateur.

     

Je suis, cependant étonné de l'absence du maire, ce qui n'est pas dans son habitude. J'apprends par la suite qu'il nous attend dans la montagne car il y a une cérémonie de départ des moutons pour l'été et que ce rituel est consacré par le prêtre (pope ?) . Avec un chauffeur nous partons donc vers les hauteurs.

     

Nous sommes accueillis par le maire et conseillers locaux. Je suis aussi surpris, car inhabituelle, la présence politique de deux députés, un sénateur avec leur staff. Mais bon, pourquoi pas .... Nous voilà assis autour de tables pour le moins rustiques et bien que toutes les places ne soient pas prises l'élu local m'invite à m'asseoir à la table "officielle". Pendant l'apéritif le député qui me fait face donne un objet au prêtre qui était assis à ma droite et celui-ci après l'avoir béni me l'épingle sur ma veste. C'est alors que je vois ce "pins" doré et ose demander la raison de ce cadeau au donateur. Celui-ci me répond qu'il me connaît depuis longtemps. Qu'il a beaucoup de respect pour ce que je fais pour le Maramures et qu'en récompense il me coopte comme "DEPUTE DU MARAMURES". Cette décision est sans appel, dont acte...!

     

Quelle journée.....!!

Vendredi 25 : reliquat de matériels pour l'hôpital de Baia Sprie. Puis je me dirige vers la mairie de Baia Mare où je remets un courrier concernant l'implantation d’une école de boulangerie/pâtisserie française pour former des apprentis. Cette lettre a été remise à l'adjointe chef du secrétariat du maire. Attente de réponse.

Récupération des 3 dossiers signées pour les stagiaires.

Me voilà maintenant à la mairie de Copalnic Manastur où je m'entretiens avec le maire et le vice-maire afin de les solliciter pour une association française qui s'appelle "Les Raideurs du Cœur" . Celle-ci souhaite offrir du matériel scolaire aux élèves au cours d'un raid en Renault 4L qui se déroulera en octobre 2014. Je demande une aire de repos pour les participants et les véhicules. Je reçois une réponse positive (que j'attendais) ce sera le terrain de foot de la commune qui recevra cette délégation.

Après nous nous dirigeons vers le fourgon. Les portes sont ouvertes pour l'ultime déchargement (ouf ! ) .Mêmes dons qu'à Grosii Tiblesului, mais en plus il y a du matériel pour le dispensaire : table d'auscultation avec étriers, pèse bébé, armoire à pharmacie, tensiomètre mural, toise, négatoscope, pansements, désinfectants, gants usage unique, biberons etc...

     

Le hall d'entrée de la mairie est rempli de cartons de gel anti bactérien, vêtements pour femme, mais aussi des articles de sport ( maillots de foot, survêtements, shorts ) Sans oublier le nécessaire pour le contrôle de la glycémie des diabétiques. Des couches pour adultes, des déambulateurs et chaises percées.

     

A 17 h 00, j'ai voulu une réunion des maires de : Sisesti, Grosii Tiblesului et Copalnic Manastur, car j'avais une proposition sérieuse et importante à leur communiquer et qui est celle-ci : Suite à mon déplacement à Ludwigshafen Am Rhein (Palatinat) en Février 2014, à l'invitation des pompiers de cette ville, j'ai transmis la possibilité d'un partenariat, jumelage échange (choisir le terme qui convient le mieux) entre les pompiers VOLONTAIRES Roumains et Allemands. Cette demande a été agréablement reçue et une proposition sera faite dans les semaines à venir pour finaliser cet acte. A noter que les maires présents doivent aussi en discuter avec leurs conseillers municipaux lors d'une réunion future. Nous attendons donc la décision pour transmission à nos amis d’outre Rhin ..!!!

     

En soirée interview avec un journaliste du quotidien Graiul Maramuresului.

Samedi 26 : Repos et préparation des valises pour le retour.

Dimanche 27 : Départ de Surdesti, Repos en Hongrie.

Lundi 28 : Arrêt en Allemagne. Tout se passe bien sur la route.

Mardi 29 : Retour à la maison, j'ai l'océan Atlantique dans le pare brise.

CONCLUSION :

Grande satisfaction en ce qui concerne l'Hôpital de Baia Sprie, félicitations à son maire et personnels de santé. Nous souhaitons longue vie à cet établissement, qui doit être la fierté des habitants de la ville , ainsi que ceux des environs. nous pensons, en ce qui nous concerne, avoir effectué le plus possible pour participer à la réouverture de cet établissement. Nos efforts sont, à ce jour, considérés comme terminés, à part peut-être quelques mobiliers.

__Nous adressons aussi une note spéciale aux maires ci-dessus mentionnés pour leur sérieux et leur attention vis-à-vis de leurs administrés. Nous continuerons, avec l'aide précieux des laboratoires HARTMANN et ROCHE à nous investir auprès des malades et à leur offrir ce qu'un Etat digne de ce nom serait en devoir de fournir afin d'apporter soins et mieux êtres à des personnes qui souffrent dans leur isolement, mais aussi dans leur chair.

Prochaine action : SEPTEMBRE 2014.

     

dimanche 9 mars 2014

Réunion à Ludwigshafen LE 24 FEVRIER 2014.

__A l'invitation de la hiérarchie des Pompiers de la ville de Ludwigshafen, nous nous sommes rendus dans cette ville le 24 févier afin de présenter les actions de notre association.

   

__Bien sûr le principal objectif de cette conférence, à laquelle participaient entre autre, le Commandant Frank BÖHM (commandant de l'unité) le psychologue et pompier volontaire Martin CIERJACKS, le commissaire de Police Uwe WEIL, était de signaler le travail en ce qui concerne les différentes donations de véhicules de lutte contre les incendies, mais aussi les différents matériels de secours et les vêtements de sécurité offerts aux 7 mairies bénéficiaires en Roumanie.

__L'auditoire était très attentif à notre exposé caritatif et aussi très étonné lorsque nous avons ouvert le site internet de l'association afin de visualiser le texte et les images. Je dois dire qu'à cette découverte l'étonnement a été fortement ressenti du côté de nos amis et le mot "Respect" a été prononcé comme pour rendre hommage à nos efforts. C'est vrai qu'il est toujours mieux de voir les "paroles" et la traçabilité des biens. Sans ce témoignage visuel l'imagination se situe à des années lumières de la réalité du terrain.

__Il faut préciser que souvent cette caserne a été pour nous un lieu d'hébergement lors de nos déplacements grâce à la gentillesse de Manfred BERNHARDT, oublié plus haut et qui connaissait nos implications avec le S.D.I.S.S. 56 et notamment Lorient avec laquelle cette corporation est jumelée.

__Il faut aussi indiquer que le Commandant BOHME est nouveau à ce poste de responsabilité et qu'il est très favorable à l'idée de continuer à aider leurs collègues roumains.

__En effet il serait disposé à nous donner d'autres matériels de secours pour compléter ceux déjà parvenus dans le Maramures. J'ai alors pensé et proposé d'établir des liens professionnels entre eux. Cette possibilité représenterait peut-être un problème administratif pour sa mise en fonctionnement du côté allemand , mais en revanche il serait beaucoup plus facile de développer le rapprochement entre pompiers volontaires. Cette éventualité est alors retenue et il me reste désormais à la soumettre aux maires roumains.

__Avant de nous séparer le Commandant F. BÖHM, nous avons fait visiter le casernement, en insistant sur le fait qu'il peut, selon ses possibilités, s'engager à nous épauler dans nos objectifs et espèrent que tout cela aboutira. Ce que nous souhaitons également.

  

vendredi 9 août 2013

ACTION HUMANITAIRE DU 06 JUILLET AU 02 AOUT 2013.

A V E R T I S S E M E N T : Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite " Art L.122-4. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon, sanctionnée par les Art L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

UNE GRANDE EXPÉRIENCE HUMANITAIRE VIENT D'ÊTRE VÉCUE

Le samedi 6 juillet toujours à "l'heure du laitier" le départ est effectué. L'aller ( comme le retour) s'est déroulé sans problème majeur, alors nous ne reviendrons pas sur ce voyage ordinaire, sauf que j'ai échappé à un contrôle de poids du véhicule diligenté par nos amis de la police autrichienne, qui n'arrête que les étrangers. Tu parles ...!!!

Dimanche 7 juillet il fait très chaud en Hongrie et à Budapest le thermomètre indique 36°.

Lundi 8 juillet,j'arrive à Baia Mare et je commence à distribuer des bas de contention++. Je me dirige vers la mairie de Copalnic Manastur afin d'obtenir une réunion rapide dans la semaine.

Mardi 9 juillet la réunion est organisée par le maire et je souhaite visiter le dispensaire. Celui-ci est propre , mais le matériel est toujours très limite. Aussi en accord avec les élus et le médecin nous envisageons un équipement plus approprié l'année prochaine.

Mercredi 10 visite du cabinet dentaire du dispensaire de Surdesti, qui fonctionne..!!

Les jours vont se suivre avec leurs lots de surprises, de sollicitations en tous genres. les gens n'ont pas encore intégré le fait que nous ne pouvons pas tout..!!

Jeudi 11 nous avons une autre réunion avec le maire de Sisesti. Nous déchargeons le fourgon , ma fille Lyse participe ( avec sa maman) à cette opération humanitaire de laquelle elle pourra se servir pour l'élaboration de son C.V.

Vendredi 12 : distribution de matériels (fauteuils roulants, chaises percées, couches pour adultes, cannes anglaises, déambulateurs et le consommables pour les diabétiques) à la Mairie de Copalnic Manastur

Lundi 15 retour à la mairie de Copalnic Manastur où le maire a organisé une interview avec des journalistes.

Mardi 16 c'est à la mairie de Sisesti que nous sommes attendus. Nous allons procéder à la distribution des fauteuils roulants, des déambulateurs, des chaises percées, des matelas anti escarre, des couches pour adultes, des gants à usage unique, cannes anglaises et bien sûr donner le nécessaire de contrôles aux diabétiques. Nous offrons également 12 maillots de sport pour l'équipe de foot locale.

On peut s'apercevoir que les malades sont toujours aussi nombreux et que nouvelles têtes apparaissent. Ce qui prouve que le travail de communication de la mairie fonctionne mieux que par le passé. Je dois préciser l'excellente collaboration qui existe maintenant ...!!

Mercredi 17 LE GRAND JOUR : L'hôpital de Baia Sprie a été fermé en mars 2011, sur décision du ministère de la santé, car peu rentable, peu efficace et sans doute coûtant trop cher. IL FAISAIT PARTIE DU PROGRAMME DE FERMETURES DE 72 HÔPITAUX..!! Il est vrai que lorsque je l'ai visité en AVRIL 2012, son état intérieur de délabrement était saisissant.

Que tous les matériels hospitaliers (lits de consultations etc...) n'étaient plus en état de recevoir des malades

Tables d’opération définitivement à la retraite :

Voir les autres photos dans "mars-avril 2013."

Alors le maire n'a pas accepté cette décision centrale. Il a décidé de faire appel , sous forme de subvention, à l'Union Européenne afin de commencer des travaux, changer le chauffage, les fenêtres, les portes, recouvrir l'immeuble par un toit et aménager des toilettes. La peinture étant donnée par SPRE.

Le déchargement - joyeux- du fourgon a pu commencer, le maire y était présent, ainsi que le directeur administratif et les médecins de l'hôpital.

Une fois terminé ce travail, les différents matériels ont été regroupés dans une salle pour être ensuite ventilés dans les services spécialisés :

Ce nouveau "déménagement" a précédé une conférence de presse où étaient présents les journalistes de la presse écrite mais aussi de la télévision

pour finir par une réunion avec l'association locale de défense de l'hôpital dans laquelle (et à ma grande joie) le bureau directeur est composé de 3 femmes, qui ont pour mission de faire connaître la réouverture de l'établissement hospitalier auprès de la population. Je trouve ce triumvirat très dynamique et je suis persuadé qu'elles vont faire un travail efficace ...

.

Il ne faut surtout pas négliger la communication, qui est très importante. Les journalistes des différents journaux de la région ont écrit des articles.

Nous sommes retournés quelques jours plus tard à l'hôpital pour vérifier l'emplacement (en cours) des différents dons et voilà ce que nous avons pu constater :

Le service des Urgences : (matelas de consultation, mesures de respiration, réchauffeurs de lit, tensiomètres, pansements)

Médecine Interne :

La gynécologie et néo natalité : ( marche-pied, tire-lait électrique, biberons, thermomètres tympaniques, table de réanimation pour bébé avec photothérapie )

L'urologie et gastro-entérologie : ( colonoscope, fibroscope, moniteur, source de lumière, lit de consultation, sondes et poches urinaires )

La cardiologie : (pousse seringue, tensiomètres )

Le laboratoire : ( analyseur de gaz sanguin, diagast dépistage groupe sanguin, analyseur d'hémoculture )

La chirurgie : ( bistouri électrique, lit de consultation, tensiomètres, perfuseurs, robinets double pour oxygène)

Le service d'ophtalmologie qui a été doté d'une lampe à fente était fermé.

Pour la sécurité des boîtiers lumineux de secours vont prendre place aux endroits ad hoc :

Ainsi les Roumains sauront-ils dire "Sortie" en français

Il reste encore à mettre en place tout le matériel offert pour avoir un aperçu plus fidèle de la réalité.

De plus des médecins et personnels soignants vont être embauchés. L'après Ceaucescu a vu une hémorragie de médecins. Plus de 18 000 ont quitté la Roumanie ..!!

Il faut retenir la réouverture d'une structure hospitalière propre, équipée et qui, sans nul doute apportera aux gens de Baia Sprie et des environs (30 000 personnes concernées) les soins et l'attention des médecins d'une façon gratuite.

A NOTER que j'ai vu des malades qui m'ont appris avoir passé des échographies diverses dans la journée. Avant il fallait faire 400 kilomètres (aller-retour), se déplacer et payer pour pouvoir profiter de cette technique, et attendre un rendez-vous bien sûr un ou deux mois pour cet examen.

Je peux dire aujourd'hui, vu le travail fourni en seulement 10 mois, que depuis 22 ans que je "travaille" pour les gens du Maramures que je suis fier de ce que j'ai fait. Bien sur tout n'est pas parfait, mais au moins nous l'avons fait. Il faudra sans doute, améliorer, puis équiper le LABORATOIRE. A VOIR.

Mardi 23 nous avons fini de décharger le camion en donnant des couches pour adultes à la mairie de Grosii Tiblesului, qui m'apprend qu'un centre pour personnes âgées est en construction et qu'il souhaiterait recevoir des appareils de kinésithérapie .. Ah bon !!!!

Mercredi 24 une nouvelle distribution de couches pour adultes et d'appareils et de bandelettes pour les diabétiques est organisée à la mairie de Sisesti

Le même jour une équipe de EMaramures TV de Baia MAre enregistre un émission sur mes actions caritatives et j'en profite pour faire la promotion de l'hôpital de Baia Sprie. De plus le maire de Baia Sprie y participe aussi . Ainsi la publicité est bien annoncée...

Dimanche 28 nous sommes invités avec Lysiane et Lyse à une cérémonie officielle organisée par la mairie de Coas et à cette occasion je reçois le diplôme d'honneur de la ville :

Lundi 29 nous avons été invités par le présentateur de télévision EMM à venir visiter le lycée technique, situé à Baia Mare dans lequel il exerce comme professeur de théologie orthodoxe. Nous sommes présentés à la directrice et à la professeur de langue française. Toutes les portes des salles de classes nous sont largement ouvertes et à la fin de la visite la directrice souhaite que notre association trouve du mobilier divers ( tableaux muraux, chaises et pupitres) tout simplement....!! Je lui explique la difficulté d'acheminement de ces encombrants "cadeaux" mais qu'une autre possibilité existe: à savoir un transport par camion et à leur charge ... Ce qui à l'air de refroidir un peu l'ambiance. Une photo souvenir est faite avant notre départ que l'on nous a promis de nous envoyer par mail. Il est évident que la directrice n'aura pas de scrupules pour me relancer... Je m'y attends, mais les conditions ont été clairement indiquées. Ce genre de demande n'est pas une priorité dans mes objectifs. Je me consacre désormais à la santé et j'ai décidé de NE garder que les 3 mairies ci-dessus nommées. C'est largement assez.

Les 31 juillet , le 1er aout ont servi au retour vers l'Atlantique. Aucun fait particulier à signaler sauf qu'il faisait 39°. Le 2 août j'étais au frais au bord de l'océan ...

Le prochain voyage se déroulera en avril 2014, vraisemblablement pour Pâques. En attendant il faut se remettre en "chasse".

Cette dernière action est un véritable bonheur tant l'implication des responsables de Baia Sprie est importante ... Un nouveau jour va se lever plein d'espoir et de confiance !!

lundi 15 avril 2013

ACTION HUMANITAIRE DU 23 MARS AU 14 AVRIL 2013

A V E R T I S S E M E N T : Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite " Art L.122-4. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon, sanctionnée par les Art L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

L'HÔPITAL DE BAIA SPRIE NE DOIT PAS FERMER. 30.000 PERSONNES SONT CONCERNÉES ET INTÉRESSÉES PAR L'AIDE DE SOLIDARITÉ PLOEMEUROUMANIE

Départ le samedi 23 mars, très tôt et comme d'habitude. Il fait froid et le brouillard m'enveloppe. Je crains que ce voyage aller soit mauvais, très mauvais. Je traverse la France et le temps ne s'arrange pas. Après PARIS, voilà que Dame Neige fait son apparition, mais ça roule quand même bien sur l'autoroute. Arrêt le soir en Allemagne.

Dimanche matin 24 mars ,tôt je reprends le fourgon, qui est complétement gelé. Direction l'Est sous la neige. La circulation est très fluide, car tous les poids lourds sont obligés de s'arrêter le weekend. C'est rassurant. Je rentre en Autriche et je suis toujours escorté de cette amie blanche floconneuse. Mais les routes sont bien dégagées et je roule sans difficulté. Voilà la Hongrie où un vent très fort va prendre le relais des autres intempéries. Je suis obligé de bien tenir le volant et surtout de ne pas aller trop vite. Les bords des chaussées sont encore ensevelies sous un très épais manteaux neigeux qui prouve l'abondance de ces chutes. Arrêt le soir après Budapest dans un hôtel en bordure d'autoroute que j'ai adopté comme halte.

Lundi 25 mars redémarrage et étape ultime avant l'arrivée. J'ai l'agréable surprise de constater que l'autoroute a été prolongée vers l'Ukraine et que désormais, je sors à VAJA à 6 kilomètres de MATEZALSKA, mais surtout plus que 59 kilomètres (pas les meilleurs) avant la frontière. Hélas la route n'est pas bonne du tout. Il faut vraiment chercher le goudron. il y a de la circulation , ça n'avance plus, mais qu'importe je ne suis pas pressé. J'aperçois enfin la frontière roumaine Petea. Le soi-disant contrôle de police est effectué très rapidement et la permission d'entrée m'est donnée facilement. Poursuite du chemin, jusqu'à Baia Mare la route est potable, mais c'est ensuite que cela se complique. Il faut maintenant être très vigilant car de nombreux trous m'invitent à les visiter. C'est toujours la même chose avec ces routes qui ne sont pas terminées d'être réparées. Pourtant l'U.E. a donné beaucoup d'argent pour l'entretien, mais bon.... j'aurai de quoi encore disserté. Il neige à Surdesti, localité des amis COSTIN. Fidèles depuis 22 ans.

Mardi 26 mars, je suis invité par la télévision Tara Noastra située à Baia Mare pour enregistrer une émission pour parler de notre projet de l'hôpital de Baia Sprie, notre souci du moment. Ensuite j'ai rendez-vous avec le maire de Baia Sprie à la mairie qui me conduit à l'hôpital et je dois avouer que je suis très surpris du travail qui a été fourni depuis mes constatations de avril et de septembre 2012. En effet les lieux ont été repeints. C'est propre. Je suis satisfait.

AVANT

                                   
     

APRES

     
     
     

Mercredi 27, c'est le Grand moment tant souhaité, quasiment inespéré. Le Déchargement du fourgon, en présence de journalistes et de la télévision qui ont voulu marquer cet instant exceptionnel.

Table de réanimation bébé (service de gynécologie)

    

Défibrillateurs ( services de cardiologie et autres)

    

Échographes ( services de gynécologie, urologie, cardiologie )

    
    

Je confie que pendant ce transbordement j'ai quand même eu des frayeurs, car nos déménageurs pas habitués à la fragilité des appareils obéissaient docilement à mes recommandations. Tout s'est très bien déroulé. A l'issue de la journée le maire m'a confié " Aujourd'hui je suis très content !"

Jeudi 28 mars, réunion avec le directeur de l'aéroport de Baia Mare, qui souhaite acquérir un véhicule incendie ?

Le soir avec le maire de Baia Sprie et mon ami Gavril COSTIN nous sommes partis en direction de Târgus Lapus où la chaine de télévision Orizon nous attendait pour une nouvelle émission en direct dont le sujet était bien évidemment l' hôpital de Baia Sprie...

Vendredi 29 mars réception officielle par la municipalité de Baia Sprie à laquelle ont été conviés des maires de communes voisines. Au cours de cette manifestation le maire me remet le diplôme d'Honneur de sa ville .

    
    

Samedi 30 mars réunion à la mairie de Sisesti, puis inventaire des matériels à Surdesti (couches, appareils pour diabétiques etc..)

Dimanche 31 mars le beau temps semble revenir ....!

     

Lundi 1er Avril direction la commune de Sapanta, qui a reçu un fourgon de pompier, mais aussi un cabinet dentaire complet. Ce déplacement représente une visite de courtoisie vis-à-vis du nouveau maire mais aussi un petit contrôle du matériel offert au dispensaire. Ce que je vois me remplit de bonheur, non seulement l'unit dentaire est installé mais aussi exploité par un couple de dentistes (pas de chance aujourd'hui c'était le mari qui était présent !). Une table d'examen avec étriers (pour accouchements entre autre) a été reprise depuis plus d'un an elle se trouvait dans le couloir. Visiblement elle n'avait pas d'utilité. Avec l'accord du maire nous la reprenons pour la distribuer à Grosii Tiblesului, qui équipe un dispensaire. Je précède la demande en quelque sorte !!

     

La visite du dispensaire que nous avons équipé donne un service efficace auprès de la population. Puis réunion avec la directrice de l'école qui souhaite du mobilier et autres documents pédagogiques, ainsi que des jeux (balançoires, toboggans etc) pour le jardin d'enfants. Je montre ma réticence face à la demande car il y a deux ans cette localité avait été informée que du matériel (tables, chaises d'écoliers) étaient donnés par la ville de Lorient et personne n'a bougé . Désormais c'est trop tard et ce n'est pas de mon fait...!!!

Je quitte cette localité pour m'arrêter à Campulung la Tiza rendre une visite de courtoisie au maire qui a aussi reçu un fourgon lutte contre les incendies. Il est très fier et heureux de posséder ce véhicule.

Mardi 2 avril une autre journée satisfaisante, car en compagnie du 1er adjoint au maire je visite le dispensaire de Surdesti (celui que nous avons entièrement équipé en 2002 - 2003 et doté de 2 cabinets dentaires) et aujourd'hui le dentiste et son assistante prodiguent des soins gratuits aux enfants de l'école maternelle mais aussi donnent des conseils pour l'hygiène buccodentaire.

     

Direction Lâpus où je suis attendu par le maire, la directrice de l'école, la secrétaire et le comptable. L'édile et les autres personnes présentes souhaitent un partenariat avec notre association et ce regroupement n'a d'autres intentions que la signature de ce document. Je les refroidis carrément en expliquant qu'une association Loi 1901 doit garder son indépendance et sa liberté et qu'en conséquence et soucieux de respecter la Loi Française je suis dans l'impossibilité de m'engager. Il me font connaître leurs doléances qui consistent en la fourniture de peinture et de mobiliers scolaires. Deuxième refroidissement de ma part, si S.P.R.E. trouve les produits il faudra penser à venir les chercher en Bretagne.....!!

Mercredi 3 avril distribution de couches à la mairie de Sisesti, la demande est toujours forte mais nous pouvons y répondre sans problème.

     

puis dans la salle du conseil municipal nous offrons à 50 insulinodépendants les appareils pour contrôler leur glycémie, des bandelettes mais aussi des auto-piqueurs. Les malades sont très heureux de pouvoir obtenir cette aide car cela coûte très cher en Roumanie. D'autant plus et ce qui est complétement lamentable c'est que des médecins achètent les bandelettes et les revendent aux diabétiques avec bénéfices bien sûr ....

     

Jeudi 4 avril conférence de presse organisée dans les studios de télévision Tara Noastra à Baia Mare. Les journalistes vont pouvoir exercer leur travail de communicant et aviser leurs lecteurs de ce que l'hôpital de Baia Sprie a connu une dotation qualifiée d'extraordinaire et qu'il pourra remplir décemment sa mission de santé mais et également ne pas fermer , comme le souhaitait le précédent gouvernement d'Emil BOC qui statuait sur 72 fermetures. Belle réussite politique ...

Le fourgon qui donnait des signes de fatigue me lâche et c'est un véritable calvaire que de regagner SISESTI, où il y a un garagiste -sérieux et compétent - Je lui confie le malade sur 4 roues en espérant qu'il puisse réparer....

Vendredi 5 avril la "bête" est sauvée ou du moins le moteur tourne. Le fourgon semble apparemment réparé, mais quelques kilomètres plus loin il me lâchera encore. Panique pour le retour !!!!

Samedi 6 avril réunion à la mairie de Copalnic Manastur, qui reçoit pour les 12 écoles du produit désinfectant pour les plaies, du sirop contre la toux enfants et adultes et du savon liquide antibactérien.

Dimanche 7 avril : REPOS.

Lundi 8 avril Direction la mairie de Grosii Tiblesului où je vais laisser des chaises percées, fauteuils roulants, couches pour adultes, savon liquide antibactérien, sirop contre la toux (enfants, adultes) désinfectant et la table de soin récupérée à Sapanta.

    
    

Mardi 9 avril je veux m'assurer que les différents matériels offerts à l'hôpital de Baia Sprie sont opérationnels aussi ai je demandé la permission de m'y rendre afin de constater de visu. C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai vu que les médecins présents travaillaient avec les échographes ( qu'ils maitrisent parfaitement du reste) Ils ne me cachaient pas leur bonheur de pouvoir enfin travailler avec du matériel digne de leur art. ( médecine générale etc..)

    

Au cours de cet examen clinique une pathologie a été découverte sur un patient, qu'il ignorait. Il sera traité en conséquence avant aggravation du mal.

Service d'urologie :

    

Service de cardiologie :

    
    

Service de gynécologie :

AVANT




   

APRES ( lit d'examen pour spécialité avec étriers, moniteur gémellaire examen néo natal) )

     

Mercredi 10 avril départ de Surdesti, à part les nombreux trous, rien de bien spécial. La frontière n'est plus en problème. Encore 60 kilomètres de mauvaises routes pour récupérer l'autoroute hongroise. Il y a de fortes rafales de vent. Il pleut. De chaque côté les champs sont complétement inondés. J'ai l'impression de rouler sur une digue. Les bas-côtés hébergent encore des tas de congères dont la hauteur montre l’abondance des chutes de neige. Le soir arrêt en Autriche, il fait toujours aussi froid.

Jeudi 11 avril le voyage sera accompagné par de la pluie abondante encore, jusqu'en Allemagne où j'ai le droit à du brouillard très épais et de la neige sur les hauteurs de Baden Baden. J'arrive en France et je fais halte pour la nuit à Metz.

Vendredi 12 avril direction la Bretagne. Les conditions atmosphériques ne s'arrangent pas : Vent fort, pluie et enfin de la grêle. Bref les déplacements aller et retour seront classés : A oublier vite !

OBJECTIFS  :

Juillet 2013 verra se dérouler le second déplacement de Solidarité PloemeuRoumaniE. En effet nous possédons encore de très nombreux appareils qui complèteront ceux envoyés dans les différents services hospitaliers cités plus haut. Nous espérons pouvoir continuer à venir en aide aux insulinodépendants (diabétiques). pour ce qui est des fauteuils roulants et chaises percées nous devons nous remettre en chasse, car pour l'instant nous n'en avons plus en stock. Le reste des dons (couches, déambulateurs) sont garantis. Nos malades institutionnels seront suivis et leurs demandes exaucés pour les mairies de SISESTI, COPALNIC MANASTUR et GROSII TIBLESULUI.

CONCLUSION :

Après 22 années de bons et loyaux services nous sommes à nous poser la question de l'avancée de la Roumanie d'aujourd'hui. Certes nous travaillons avec des maires sérieux, honnêtes, conscients de leurs rôles vis-à-vis de leurs administrés .

La grande inconnue demeure l'attitude des politiques à tous les niveaux. Nous nous apercevons que notre association est de plus en plus sollicitées, tous azimuts. Que nos aides qui devaient être exceptionnelles sont désormais considérées comme normales, habituelles, voire obligatoires. On n'oublie trop souvent les difficultés que nous avons à remplir notre sacerdoce et nous ne sommes guère épaulés. Le travail est solitaire . Fort de nos expériences et de nos actions menées aux bénéfices des Autres, nous considérons que nous pouvons désormais refuser poliment une sollicitation qui ne rentrerait pas dans nos statuts.

Pour ma part je ne souhaite pas, plus, étendre le champs de mes interventions.

Une association humanitaire ne doit pas se substituer à la désaffection des politiques.

Les différents gouvernements successifs voulaient fermer 72 structures hospitalières sur le territoire roumain, alors que depuis le "coup de révolution" (décembre 1990 Ana BLANDIANA ) à Baia Mare , la ville préfecture des Maramures 28 églises ont été construites, dans le même temps rien n'a été entrepris pour les hôpitaux (18.000 médecins ont quitté le pays), les écoles, la réhabilitation des immeubles, le tout-à-l'égout ou les routes, etc...

Malgré les aides pécuniaires et alimentaires de l'Union Européenne ce pays va à vau-l'eau (il a été pénalisé d'un remboursement de 300 millions d'Euros dernièrement). Chacun conserve jalousement ses privilèges. Le sort du peuple, laissé à sa misère suscite toujours la même indifférence. Rien n'évolue les pauvres sont de plus en plus pauvres, quant aux autres....!!

     

Nous avons la force et la volonté d'être encore présent, mais de grâce " PROTEGEZ-NOUS" !!

     

mercredi 5 décembre 2012

ACTION DU 25 AU 29 NOVEMBRE 2012

A V E R T I S S E M E N T : Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite " Art L.122-4. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon, sanctionnée par les Art L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

- L'HUMANITAIRE NE S’ARRÊTE JAMAIS ...!!!

- Depuis mon retour de Roumanie fin septembre, la liste de matériels en tous genres qui m'a été confiée par la municipalité de Baia Sprie, me montre à quel point il est difficile de faire du bien et je n'ai eu de cesse que de chercher pour aider.

- Tout d'abord parce que cette demande est très technique de par les appareils souhaités (de plus ils coûtent très cher) ensuite les pistes sont tellement multiples et compliquées à définir et à trouver... J'ai utilisé les sites de ventes sur internet, mais il faut être très prudent car certaines personnes du milieu médical n'hésite pas à demander un dégrèvement fiscal sur du matériel déjà remboursé...!!!!

- Je dois aussi dire que grâce à mes contacts administratifs hospitaliers mes demandes diverses sont bien accueillies et les recherches, ainsi soulagées.

- Je me suis donc remis en investigations depuis le 6 octobre en me déplaçant sur Lorient, Lanester, Hennebont mais aussi sur le Finistère, le Loiret, les Côtes d'Armor et Paris.

- Début novembre, malgré de nombreux coups de téléphone, de mails je dois avouer que j'étais très dubitatif, quant à un début de réussite !!!! Rien ne fonctionnait, bien qu'ayant des promesses virtuelles. Le passage à l'acte semble toujours très délicat de la part des donateurs. C'est ainsi ...

- Vers la deuxième quinzaine de ce mois, les choses ont commencé à se décanter. J'ai reçu des mails de l'hôpital de Bodélio, qui m'apprenait que les sites de santé sur Hennebont fermaient et qu'il fallait faire très vite pour choisir le matériel, puis l'enlever .... et enfin le faire partir en Roumanie.

- Il a fallu que je me mette en chasse afin de trouver un hangar pour stocker. Je savais qu'il n'était pas impératif que je fasse une demande à la mairie de Ploemeur car elles sont toutes restées "lettre morte" .... !!! Mais j'ai trouvé, seul ...!!!

- Le jeudi 22 novembre je me suis présenté à l'hôpital central d'Hennebont ainsi qu'à celui appelé "Quimpéro" situé dans la même ville. J'avais rendez-vous avec Mathieur EON, qui m' a fait visiter les lieux et munis d'un "catalogue inventaire" et de ma liste roumaine j'ai pu procéder à des réservations

  

de scialytiques, de tables d’opération et d'accouchement ,

  

des lits électriques avec matelas antiescarre,

  

des chaises de différentes couleurs,

  

mais aussi des rangements pour divers services

  

tout en couleur également

  

- Le jeudi soir, 22 novembre, j'ai donc fait des photos de l'ensemble que j'ai adressées à mes correspondants Roumains. L’ultimatum qui m'avait été infligé par l'hôpital était tout doit être débarrassé avant le .....29 novembre. J'ai cru que le ciel me tombait sur la tête comment réaliser cette prouesse en si peu de temps??. Au cours de mes échanges nocturnes avec le Maramures, j'ai transmis fidèlement toutes ces recommandations . Mon interlocuteur n'avait pas de solution si rapide. Mes paroles et les documents joints ont fait leur effet car le samedi après-midi suivant je recevais une bonne nouvelle. Tous les problèmes semblaient réglés : Le maire de Baia Sprie arrivait le dimanche après-midi à Lorient accompagné de mon fidèle ami Gavril COSTIN, vice-maire de Sisesti. Lorsque je les ai récupérés à la gare, ils m'ont alors informé qu'un camion de Cluj Napoca livrait des pièces détachées à.... Douarnenez et qu'il repartait à vide. Je n'en croyais pas mes oreilles. Tout me paraissait alors d'une simplicité déconcertante et pourtant c'était la stricte vérité..

- Le lundi 26 le transporteur nous a rejoints, puis nous sommes allés charger un cabinet de gynécologie complet, récupéré à côté de Saint Brieuc et que j'avais entreposé dans mon lieu de stockage GUIDELOIS. Des lits pour bébé, des appareils d'ophtalmologie, des lits médicalisés électriques (neufs), des fauteuils roulants (coques), un brancard coque gonflable (neuf), des cartons de sets opératoires stériles à usage unique, des "casaques" pour les chirurgiens, des blouses pour les personnels : soignant et d'entretien, des champs chirurgicaux. L'ensemble de ces pièces était neuf. De l'outillage à main. Des produits d'entretien et d'hygiène (biodégradable). 1 autoclave.

- L'après-midi nous nous sommes dirigés vers Hennebont, dans les établissements désertés, les amis Roumains ont grossi "ma"réservation . Nous avons continué à embarquer dans le camion jusqu'au jeudi soir. 49 m3 de matériels divers, et précieux, sont partis vers l'est.

- Nous avons passé le mardi 27 et le mercredi 28 à remplir entièrement la remorque du camion.

 

- Le jeudi 29 tout le monde est reparti. Les deux élus du MARAMURES sont arrivés chez eux dans la soirée. Le chauffeur est arrivé à bon port le samedi 1er décembre, pour la fête nationale. J'ai su que ça avait été vraiment "LA FÊTE". les journaux ont relayé l’événement. Quant à moi, j'étais reçu par l'ambassadeur de Roumanie à Paris qui s'intéresse aux actions menées dans son pays. Mon contact parisien en la personne du président de l'association humanitaire que j'ai sollicité me laisse espérer que d'autres matériels médicaux et chirurgicaux pourraient être bientôt ( en janvier 2013 ) offerts à S.P.R.E.

- Cette "folle" opération est un grand bonheur, car elle va permettre à des êtres humains d'être soignés, à des futures mamans de pouvoir DIGNEMENT accoucher et enfin que cette hôpital ne devrait pas fermer. Le maire de Baia Sprie a précisé aux journalistes venues l'interviewer que cet objectif - en cours de réalisation mais déjà opérationnel - intéresse 30 000 personnes ...!!

Je précise également que le dispensaire de SISESTI va recevoir, des lits, des matelas, des divans d'examen, des couches pour adultes..

Un grand merci à toi Mathieu ...!